Le mercredi en vol plané.

Le mercredi et moi c’est une longue histoire. D’amour et pas.

Le mardi soir, j’avoue, c’est avec effervescence que je fais ma to-do du lendemain. Je suis généralement plutôt sereine. Et pleine d’espoir aussi.

Le mercredi matin, on se lève un peu plus tard. 30 minutes. C’est énorme. Et souvent je le regrette après, en mettant un oeil à ma to-do faite la veille avec de jolies cases à cocher.

J’essaie de retrouver les copines au café, mais c’est souvent “je passe faire coucou j’ai un RDV téléphonique / du boulot / aider les lutins à emballer les cadeaux / plein de trucs à faire”.

Ensuite c’est marché. Rapide, frappes chirurgicales. Voire je zappe et je fais des pâtes le midi.

Et commence le boulot.

Je suis freelance en plus de mon boulot salarié, et le mercredi matin c’est le moment où je peux me poser plus de 30 minutes d’affilée, le plus gros du boulot y passe. Visualisation de la semaine / programmation / reporting. Les mails aussi. Et comme de temps en temps je prends d’autres missions en plus, bah j’ai plus de cases à cocher.

Il est vite 11h. Là je me dis qu’il faut que je fasse à manger. Mais finalement j’ai cette petite case qui sera vite cochée. Et puis c’est 11h45. Je suis à la bourre. C’est pas grave je fais des pâtes.

On mange. (des pâtes donc)

13h30, on part pour l’athlé /la natation (en même temps à la même heure à 10 mn de route l’un de l’autre). Le supermarché pendant ce temps.

Le mercredi, quand je rentre vers 15h30, j’arrête de courir (sauf exception, ce qui n’est pas exceptionnel…). Ménage – devoirs – disputes – encore 1h de boulot généralement.

Douches – souper – étendre la machine qui a tourné le matin…

Les parents qui bossent et le mercredi - allégorie
Les parents qui bossent et le mercredi – allégorie

Je finis sur les genoux le mercredi, vraiment.

Chaque mercredi soir je le dis que le prochain, j’essaie de ralentir. De bosser peut être un peu la veille pour m’avancer. De faire autre chose que des pâtes. Mais non, ça ne marche pas. Et si on zappe la partie disputes du soir (qui n’est pas propre au mercredi mais qui est plus intense je trouve), je crois que j’aime bien passer mon mercredi en vol plané, sans toucher terre avant l’impact final (le moment où je tombe de sommeil et que je me rappelle que j’ai envie de faire pipi depuis 14h)(applaudissons mon perinée).

Un commentaire

  1. Cette année j’ai trouvé la parade –> Maxime va au centre un mercredi sur 2 ! Il a école le mercredi matin par contre. Mais autant dire que les mercredis où je le récupère, j’ai rien le temps de faire entre 8h30 et 11h30 -_-

Laisser un commentaire