Lâche les un peu !

Je ne suis pas du genre couveuse. D’ailleurs, je ne suis pas responsable du fait que les enfants sont douillets. Je les incite plutôt à faire leur vie en dehors d’un périmètre de 5 mètres autour de moi quand on est à l’extérieur (sauf sur l’autoroute bien sûr). Mais quand même, des fois je me dis qu’à certains moments j’aurais pu les lâcher. Choisir de lâcher les enfants, dans un cadre sécurisé, c’est quand même leur permettre de prendre leurs décisions (même si cela ne concerne que le choix de s’éloigner un peu). C’est aussi se permettre à soi d’avoir à nouveau un espace.

On est allé près de la rivière l’autre jour. Vide de 5m autour de moi respecté.

lâcher les enfants - la rivière

Ils ont même pu aller aux jeux plus loin, en dehors de mon champ de vision, ensemble. J’avoue, j’ai espéré avoir développé ma vision infrarouge à travers les arbres mais non. Je dois encore m’entraîner. Alors j’ai écouté. Lâcher les enfants. Mes enfants crient très fort. Et je n’ai rien entendu.Lâcher les enfants. Mais le silence ça craint non ? Lâcher les enfants. Promis, je ne suis pas allée voir.

Ils sont revenus. Entiers. Saufs. Et ont eu le droit de mettre les pieds dans l’eau. Eau de rivière. Froide. Vent et temps plutôt frais.

Mais j’ai lâché les enfants.

Leurs pieds qu’ils avaient le droit de trempouiller étaient situés sur leurs têtes au bout de 10 minutes. Du moins je ne vois pas d’autre explication au fait qu’ils étaient mouillés de haut en bas. Ah si, peut-être les seaux d’eau qu’ils ont commencé à se balancer… sur les pieds.

lâcher les enfants - la rivière

Mais vous savez quoi ? Bah ils étaient heureux.

Un commentaire

Laisser un commentaire