Tes 10 ans.

Un jour tu es arrivée, toute molle, un peu sale, sur mon ventre. Papa t’avais eue avant moi contre lui et déjà je n’étais plus la seule femme de son cœur.

Je ne pourrais même plus te dire précisément à quoi je pensais à ce moment là en fait. Sans doute mille choses. Au gynéco qui avait son bras dans mon vagin peut-être, à ces papillons dans le ventre de te découvrir enfin certainement. Mais sûrement pas au jour de tes 10 ans. Le Bac ? La Fac ? Le permis ? On a encore un siècle au moins avant d’y arriver, non ?

Tu nous as fait devenir parents. Upgradés en quelques heures. Nos sourires sont devenus niais et nos yeux cernés brillaient.

On a grandi ensemble, tout les trois.

On a construit une famille. Un cocon. Grace à toi. Quelque chose de plus grand que nous. Qu’on a complété ensuite, en ajoutant des briques et des jumeaux, pour renforcer le tout et être encore plus forts, à 5.

Je sais que tu voulais un portable et un peu plus d’indépendance. mais j’ai eu du mal à calmer ton père l’autre jour, quand je t’ai demandé d’aller acheter du pain toute seule, alors tu penses bien que tu ne vas pas pouvoir aller à la danse quand il fait nuit toute seule pour le moment (je me sers de ton père comme excuse. C’est vachement plus simple, j’avoue). Et puis comme juste en dessous du portable, il y avait une peluche et un chat, on t’a pris un chat en peluche. Le cadeau 2-en-1 parfait qui colle à tes demandes et aux nôtres. Bizarrement, ça ne t’a pas fait rire. Pourtant tu l’adores, ce gros chat tout doux.

10 ans après, nos yeux sont toujours cernés. On glousse un peu moins quand tu pètes par contre. C’est l’expérience. Très bientôt, on va devoir te laisser un peu plus d’espace et je ne sais pas si je saurai faire. Il faudra bien pourtant. Ce qui est bien c’est qu’il n’y a pas d’âge pour lancer des cailloux dans le lac en se marrant.

Elle a 10 ans

 

Laisser un commentaire