Mon #Instadiary

Depuis le tout premier jour de l’année 2017, je tiens un genre de journal en image sur Instagram sous le hashtag #instadiary (que je ne suis pas la seule à utiliser). Il y a des jours où ce que je raconte est très perso, d’autres où l’inspiration ne vient pas forcément, alors les photos sont moins jolies, mais font état d’une journée normale, où rien d’exceptionnel ne s’est passé.

Il court, il court. 👟 Le mercredi après midi c’est l’atlhétimse. Il le dit pas bien mais il aime beaucoup. Je l’ai vu prendre confiance en lui, même si ce n’est pas encore ça. Il aime aider à placer le matos et aider à ranger après. Il cause avec l’entraîneuse, je ne sais pas de quoi. Depuis qu’il est rentré de sa semaine de vacances sans moi, la colère a laissé la place aux câlins. Je préfère, vous pensez bien. Mais je la sens la colère, pas très loin. (Je pourrais faire un poème de #monfils) . . . #mercredi #instadiary #instadiary2017 #athletisme #kidathlé #kids #3kids #famille #family

Une publication partagée par Julie (@juju_and_co) le

Parce qu’il faut bien se rendre à l’évidence : il y a des journées sans saveur.

Ni fades, ni exceptionnelles. Juste normales. De celles où on se lève, on va bosser, on rentre manger, on retourne bosser, un bisou et au lit. Il faut savoir repérer l’instant, celui qu’on immortalise en photo, celui qu’on peut partager selon son propre règlement du partage sur internet. Des fois, il y en n’a pas. Trop perso, ou pas photogénique. Alors heureusement, j’ai des plantes vertes rigolotes et un chien.

C’est quand même pas facile de faire chaque jour une photo qui puisse être partagée et qui soit un peu révélatrice de la journée… Alors ce soir, ma (mon ?) #hoya qui trône dans ma salle de bain, souvent sous une pile de linge pas sale mais pas propre non plus. Je suis fatiguée et je crois que je n’ai pas mis assez de #love dans ma journée. Ça ne pardonne rien cette photo, mais j’avoue. Des fois c’est dur de ne penser qu’aux autres. #instadiary #instadiary2017 #green #badday #demainestunautrejour

Une publication partagée par Julie (@juju_and_co) le

Des fois aussi, la photo est pourrie même si le moment était fort, drôle, “instagrammable”. Mais je suis pas une pro, et même si mon Samsung fait des merveilles, il ne fait pas de miracle. Après tout, la vraie vie, elle n’est pas toujours super éclairée, avec de jolies couleurs. Et il peut se passer de beaux moments, même en sous-exposition. Et j’aime que mon #instadiary soit le reflet de toutes ces journées, de tous ces moments là, même si visuellement, ce n’est pas parfait.

Garder une trace…

Mais ce qu’il reste à la fin saura me rappeler ce jour, ce moment. Je ne partage pas toujours pour les autres. Je partage souvent pour moi finalement. Garder une trace, comme ici. Dans le même genre, je suis une grande fan des souvenirs sur les comptes Facebook par exemple, même si honnêtement mes statuts de 2011 ou avant qui remontent sont souvent des grands moments de solitude, et j’en profite pour faire un peu de ménage :)

 

Laisser un commentaire