Miss Peregrine et les enfants particuliers (livres + film) – Ransom Riggs

“Si tous les soleils, à l’exception du nôtre, s’éteignaient ce soir, combien de vies nous faudrait-il pour comprendre que nous étions seuls ?”

Miss Peregrine et les enfants particuliers

Miss Peregrine et les enfants particuliers est une trilogie. Je ne vais pas tout raconter et m’en tenir au début : Jake est très proche de son grand-père, un homme un peu bizarre mais qu’il adore. Le vieux monsieur lui raconte des histoires d’enfants avec des caractéristiques hors du commun : un garçon invisible, une jeune fille qui fait du feu avec ses mains, un autre qui héberge des abeilles dans son ventre ou encore une fillette qui s’envole dès qu’elle n’a plus ses chaussures de plomb. Tous ces enfants sont les héros des histoires que Abe, le grand-père, raconte à Jake depuis petit. Photos à l’appui. Mais Jake grandit et ne croit plus à ces histoires. Jusqu’au jour où son grand-père meurt, tué officiellement par une meute de chiens. Mais Jake a vu ce qui l’a tué. Et ce n’était pas des chiens.

J’avais à peine tourné 20 pages du premier tome que déjà j’en parlais à tout le monde : j’ai adoré l’univers dans lequel nous plonge l’auteur, les références à la montée du nazisme, à la déportation sont amenées de manière si douce par l’histoire, mais forte et aussi horrible qu’en en parlant directement. Le rapport à l’éternité aussi… Bref j’ai adoré ce monde fait de boucles temporelles, de méchants si souvent décrits mais difficiles à imaginer, d’univers quasiment parallèle. Et de ces enfants et adultes si différents qu’ils vivent en dehors de notre temps (là aussi, tellement d’interprétations sont possibles…). J’ai dévoré les 2 premiers tomes en une semaine.

Et j’ai appris que film sortait, pile  à ce moment (je ne suis pas trop les sorties ciné…). J’ai emmené Madame Ma Fille.

Et le film, je ne sais pas trop ce que je peux en dire. Un très beau film, avec de très belles images. Des écarts avec les livres, comme dans toute adaptation. Un peu trop à mon goût, comme toujours. Mais surtout, toute cette dimension donnée à l’image alors qu’elle manque à l’histoire. Le monde fantastique de Ransom Riggs – à mon sens – s’est avéré être une simple excuse pour Tim Burton pour faire ce qu’il sait faire de mieux : donner vie à ces mondes si riches visuellement.

Je ne peux pas dire que j’ai été déçue, le film est génial. Je n’ai juste pas cette impression d’avoir vu le film adapté des livres que j’étais en train de lire. J’étais même assez déconcertée pour tout vous dire. J’aurais apprécié d’avantage le film si je n’avais pas encore lu les livres. Et les lire après avoir vu le film doit être une très chouette expérience.

Bref, si vous n’avez ni lu, ni vu, je vous conseille de voir avant de lire. Si vous avez lu, faites vous votre propre idée si vous avez envie de voir. Après-coup j’ai décidé que cela avait été une expérience visuelle, ce monde fantastique qui prenait vie.

Miss Peregrine et les enfants particuliers, tomes 1, 2 et 3, de Ransom Riggs, chez Bayard Jeunesse.

2 commentaires

  1. nous avons vu le films avant de lire. Maintenant que j’ai fini metronome 2, je commence le tome1 alors que mini miss en est deja au tome 3

    1. Elle les lit déjà ? Tu crois qu’elle comprend tout ? J’ai l’impression que ces un peu compliqué, non ?
      Même à leur niveau de lecture ça doit être passionnant !

Laisser un commentaire