L’heure où tout bascule.

17h. L’heure où je récupère les gnomes à l’école. L’heure où redémarre ma journée parallèle. L’heure où les cris commencent. L’heure où tu expliques à l’animatrice des TAPS que faire marcher un enfant avec les lacets défaits avec travers l’école parce que “maman les fera” c’est dangereux et qu’elle te dit que c’est bon, hein. L’heure où la grognasse ne répond pas à ton bonjour. L’heure où tu cours pour rentrer et repartir pour la danse pendant que la soupe cuit (et que tout le monde, mec inclus, râle parce qu’il y a de la soupe au dîner). L’heure où le mec décide que comme il y a de la soupe et pas des bonbons piment, bein il va squatter le canapé. L’heure où j’en ai marre d’avoir froid chez moi, avec l’humidité qui fait gonfler la peinture de la salle de bain. L’heure où même si toi tu n’as pas faim tu te retrouves à table seule avec eux. Eux qui finalement font aussi tout ce qu’ils ont envie. Moi on ne me demande pas ce dont j’ai envie. Et heureusement, j’ai juste envie de partir loin. L’heure où je les envoie au lit après un baiser expédié.

Alors que TiSam a géré sa dictée comme un chef.

Alors que Madame Ma Fille est toute fière de la chanson qu’elle doit chanter au théâtre.

Alors que Magow veut me montrer sa coiffure.

21h20. L’heure où je rejoins mon lit pour que tout s’arrête pour aujourd’hui.

 

3 commentaires

    1. Alors j’ai attendu la toute fin du jour d’après.
      Tout allait mieux. J’ai beaucoup dormi parce que je me suis couchée tôt. J’ai fait pas mal de truc dans la journée pas au bureau mais en freelance avec des enfants. Ils se sont disputés. Mais bon. J’ai gueulé. Mais bon. J’ai passé une meilleure journée oui.
      Sauf qu’à 18h30 ils sont allés à la douche. Et qu’on n’a plus d’eau chaude. Et j’ai le cheveux gras.
      je respire fort avec le ventre hein.

Laisser un commentaire