L’expérience professionnelle.

Semaine de la rentrée oblige (ou pas), je voulais vous parler de ma vie pro, et peut-être de la vôtre, qui sait?

 

Etant libre comme l'air à partir de demain( hiiiii) 4 jours sur 5, je cherche une mission freelance ou pourquoi pas un poste à temps partiel pour compléter mon activité. Compléter car hors de question que je lâche la mission qui m'occupe depuis quelques mois et qui me permet encore d'apprendre et de connaître un nouveau milieu.

 

 

Samedi, je vois passer sur twitter un offre susceptible de m'intéresser. La personne qui la tweete a pour habitude de chercher la pointe du community manager, je le sais. Mais je tente ma chance, avec mes petites expériences dans ce domaine, et aucune expérience dans le milieu concerné. Je ne pense pas que ce soit un problème. Lui me remercie de ma compréhension. Soit.

 

Alors bien sûr, je comprends. Pour de vrai.

 

Mais comment lui expliquer en 140 caractères (fichu twitter) qu'en 3 jours j'ai su remplir des bouteilles de schnapps, des pots de confiture, coller des étiquettes sur ces supports. Pour une mission d'un mois?

 

Lui expliquer qu'il m'a fallu 15 jours pour comprendre comment du blé et du maïs on obtenait des protéines, des sirops de glucose, voire des excipients pour des médicaments?

 

Ou encore comment en une semaine j'avais les responsables des différents corps de métiers artisanaux alsaciens dans la poche?

 

Sans compter que pendant 1 an, l'une de mes missions, accomplie avec la même passion (ou presque, je te l'accorde), était de mettre au point les visuels de poignée sur lesquels tu poses tes mains sur un chariot de supermarché.

 

Dans TOUS mes postes, TOUS sans exception, j'ai aimé apprendre. J'ai aimé connaître un nouveau milieu, ses règles, son vocabulaire. Même pendant mon stage à la Dircom SNCF pendant les grèves. C'est dire. Mes profs eux-même avaient adoré ma soutenance orale sur le vocabulaire comme part entière de la culture d'entreprise… *souvenirs*

 

Et ce temps d'adaptation n'a jamais été long, n'a jamais fait regretté à quelqu'un de m'avoir embauchée. Au contraire je pense.

 

Et bizarrement, je n'avais d'expérience ni dans les bouteilles, ni dans les chariots de supermarchés, je ne sais toujours pas faire la confiture. Mais je râle moins contre la communication de la SNCF et je sais maintenant plus ou moins lire une étiquette des ingrédients. Et j'adore ça. Vraiment.

 

Pour moi l'expérience professionnelle qu'on a (pas?) peut être un avantage mais aussi un inconvénient. Qui dit expérience dit aussi souvent concurrence. Forcément. Un oeil neuf sur le tout peut être très bénéfique.

 

Alors oui, il faut connaître son métier, forcément. Mais le domaine? Moi je vois ça comme un challenge, à chaque fois. Même dans mes missions freelance. J'aime me plonger dans un nouveau milieu, découvrir des choses. Apprendre encore et encore.

 

Une lettre de motivation comme je n'en enverrai jamais. C'est plutôt dommage non?

3 commentaires

  1. J’adore ta façon de parler de ces jobs… Dans certains, la connaissance du domaine est importante (je bosse dans le sport, là c’est très très important!!) mais dans d’autres nos compétences et notre grain de folie suffit ! :wink:

Laisser un commentaire