Bienvenue Danica…

Tu n'as qu'un jour, et pourtant la planète entière parle déjà de toi. Née à 2kg500, aujourd'hui tu dois avoir un peu perdu de poids. C'est normal. Mais tu représentes beaucoup aujourd'hui. Tu as été symboliquement la 7 milliardième à ouvrir tes yeux sur le soleil d'hier.

 

Le monde et les 6 999 999 999 autres personnes qui t'accueillent semblent chouettes. Ils le sont. Mais pas seulement. On ne t'a pas choisie par hasard. Il se trouve que tu vas avoir une vie bien différentes des enfants de chez moi. Pas moins heureuse, non. Elle sera je l'espère remplie d'amour et de joie. Mais sûrement plus difficile. Cest bien pour cela que l'ONU est venu te chercher TOI. Un symbole je te disais.

 

Un symbole des inégalités. Les habitants de la panète n'ont pas forcément choisi ces inégalités, les régions géographiques font qu'à un moment, nous ne sommes pas tous égaux devant la facilité de vivre. Des régions qui faute d'avancée, de changement, peinent à offrir travail, argent, confort à leurs habitants. Mais aussi des régions qui sont innondables, ou à risque sismiques. L'endroit où tu vis détermine un peu la vie que tu auras, même si on dit souvent le contraire. Parce que oui, tu peux avancer, sortir la tête haute d'une vie qu'on ne te promettait pas facile. Mais ça aussi, ce n'est pas facile.

 

Je viens d'un pays où nous avons tout cela. Même si nous en manquons pour en offrir à tout le monde, le travail est bien là. Il nous permet de gagner de l'argent, plus que tes parents ne pourraient l'imaginer, pour nous offrir des choses. A manger, de quoi se loger. Mais aussi des télés écrans plats, des voitures qui vont vite et des voyages en avion. Des fois même sans travail, on peut s'offrir beaucoup de superflu chez nous.

 

L'avion, tu découvriras peut être un jour, grâce à la bourse d'étude offerte pour l'occasion par l'ONU. Je te le souhaite.

 

Tu viens d'ouvrir les yeux sur ton monde. SI simple qu'il est surement meilleur que le mien. Rempli de vrais soucis, de vrais sentiments. SI tu savais ce qui me pose problème dans ma vie quotidienne, tu te sauverais, angoissée et apeurée. Ou tu me regarderais sans comprendre. Mes problèmes sont vrais à mon échelle. Je n'ai pas honte d'avoir ce que j'ai, à mon niveau, la vie n'est pas toujours facile non plus. Du moins m'arrive t-il de le penser. Relativiser aide à se remettre en perspective dans ce monde.

 

Nous sommes tellement nombreux maintenant. Bien d'autres bébés sont arrivés après toi. Je me demande des fois où cela va s'arrêter, sans pour autant souhaiter qu'on interdise aux gens de faire de jolis bébés comme toi. Où se trouve la responsabilité de chacun? Est on irresponsable de se reproduire? Ou la responsabilité réside t-elle dans la recherche de moyens pour trouver une place à chacun?

 

A manger, un toit qui puisse resister au grand vent, un travail pour tout le monde. Des richesses mises en commun. Bien avant ta naissance, et même avant la mienne, certains ont tenté de mettre tout cela en place, ça n'avait pas marché. Ils s'y sont mal pris, parce que le" commun de tout le monde" n'était pas leur "commun privé" (c'est une phrase compliquée). Je suis assez naîve pour penser que c'est quand même une solution.

 

Je pense vraiment que chacun a sa place, à son échelle, dans sa famille, sa ville, son pays. Tu auras ta place toi aussi. TF1 viendra peut être même te voir quand on s'apprêtera à accueillir le 8milliardième. C'est peut être même toi qui trouveras une solution pour que mes problèmes redeviennent un peu de vrais problèmes, et que les tiens deviennent un peu plus futiles.

 

En attendant que tu deviennent cette femme, je te souhaite la bienvenue. Reste loin de tout cela aussi longtemps que tu le pourras. Une fois la barrière franchie, une fois ton regard posé sur LE monde, celui qui entoure TON monde, tu ne pourras plus revenir en arrière. Reste dans ton cocon d'amour et de douceur de vivre. Tu en sortiras bien avant mes propres enfants….

7 commentaires

  1. effectivement, je te rejoins totalement. très beau billet :0)
    Ceci dit juste une chose, oui, chacun a sa place dans ce monde mais certain en ont une très petite, tellement petite qu’ils n’y tiennent que sur une jambe et risquent à tout moment de s’effondrer (pas facile de tenir sur une seule jambe, hein?)

    1. je ne sais pas trop… peut être que vu de chez nous, leur place (au niveau individuel) nous parait très petite, mais qu’eux, de leur point de vue, dans leur monde, ont les 2 pieds bien ancrés? c’est compliqué d’y réfléchir…

Laisser un commentaire