C’est l’histoire d’un gars… (suite de Stockholm)

… qui rentre un jour des Etats-unis où il a découvert le concept du transat pour mettre les bébés dedans. L’ayant ramené dans son sac à dos, il s’amuse à lancer sa propre boîte, avec comme bureau la chambre de son frère et de sa belle soeur, avec leurs enfants dedans. Et avec 300 euros pour lancer le truc. En faisant des livraisons à vélo.

 

C’est un peu l’histoire de Björn Jakobson, qui créa Babybjörn il y a 50 ans. C’est maintenant un vieil homme, fier de ce qu’il a créé, fier de ce qu’il a construit. Fier de nous montrer la fenêtre de ce fameux premier bureau, en faisant arrêter le bus au nivau de l’immeuble qu’il habitait en 1961 donc, sur le trajet qui nous menait à quelques centaines de mètres plus loin, dans les nouveaux bureaux, bien plus luxueux, selon ses propres termes.

 

Les bureaux? Des bureaux comme on en voit aujourd’hui partout. Aérés, avec des salles de réunions qui donnent envie d’être en réunion. Des salles de pause avec des assiettes de petits gateaux. Une exception près toutefois. La salle de conférence. Avec des vidéo-projecteurs qui marchent du premier coup, une salle immense, des sièges confortables, une tribune grandiose. J’avais rarement vu ça ailleurs que dans de grands hotels accueillant des entreprises en fait.

 

C’est donc un homme fier, dans le bon sens du terme. Chaleureux aussi. Avenant. Lors de son discours, il me semble écouter mon grand père. Ses mots et son histoire me touchent. Et je ne suis pas la seule. A ses côtés, sa femme. Le BabyBjörn, selon ses mots, est leur 5ème enfant. Elle s’occupe du design des produits, aujourd’hui encore.

 

Björn Jakobson et sa femme
Björn Jakobson et sa femme

 

Viennent ensuite les interventions des médecins. L’importance du lien parents-enfants qui se noue par le portage, la sécurité de la petite-enfance, les essais de portes-bébés chez les grands prématurés. Un peu difficiles à suivre car en anglais exclusivement (en même temps valait mieux l’anglais que le suédois hein), mais très intéressants. En même temps ils prêchaient tous une convertie, alors bon.

 

Ambiance bonne enfant pendant les pauses. Esprit familial entre les murs de cette société. Les employés qui servent les cafés sont déguisés et portent des poupons dans des BabyBjörn, tous. C’est assez marrant.

 

Babybjörn

 

On découvre dans les couloirs les différents modèles de portes-bébés depuis la création du premier. Croyez moi, quand j’ai vu le tout premier, j’ai d’abord cru qu’il s’agissait d’un modèle qui allait sortir, tout en tissus, qui ressemble étrangement à certains portes-bébés qu’on fait maintenant….

 

Le Premier porte-bébé Babybjörn
Le Premier porte-bébé Babybjörn

 

Un petit tour par le magasin, où on retrouve les produits en vente partout…. Une caverne d’Ali-Baba:)

 

magasin

 

Le soir, restaurant. Buffet suédois. Vin Français. Du vent à décoiffer une Lady Gaga dehors. Tellement que l’avion d’une des personnes françaises nous accompagnant avait du s’y reprendre à 3 fois pour attérir….

 

Une fois rentrée à l’hôtel, j’ai pris plaisir à feuilleter l’album scrap des 50 ans de BabyBjörn. Un petit bijou, dont voici quelques pages…. Un collector :)

 

scrap

 

La suite demain ?

27 commentaires

  1. Rhaaa mais la suite, quoi !
    :)
    c’est mauvais pour mon cœur tout ce suspens…
    et puis j’adore babybjorn aussi, ils ont pas mal contribué au dvpt du nain…

    1. un peu chaque jour, vous etes trop des faignasses pour lire des longs billets MDR et puis j’ai des thématiques différentes :)

      1. C’est pas plutôt toi la feignasse qui ne veut pas trop risquer l’ampoule de l’index en tapant plus de 10 lignes… :wink:

  2. Effectivement, le premier porte-bébé pourrait faire rougir ceux qui sortent aujourd’hui à la différence près que sur un porte-bébé récent, on trouverait plus de tissu pour supporter les cuisses.

    1. non je parlais de ces portes bébés qu’on fait maintenant, je ne sais pas trop les noms, mais des trucs qui ressemblent aux écharpes sans en être, tu vois?

Laisser un commentaire