Et maintenant?

Tout d’abord merci à vous qui vous êtes inquiété(e)s pour moi suite à ma baisse de moral de la semaine dernière. Je ne vais pas forcément mieux, mais j’ai retrouvé le courage d’au moins faire semblant, ce qui contente beaucoup de gens, dont moi. Parce que j’arrive même à me persuader que ça va… tout n’est surement pas perdu dans ce cas.

 

Ma réflexion est somme toute très bête. J’ai 27 ans, mariée, 3 enfants, un labrador, une belle voiture. Pas encore de Rolex… Mais quasiment on va dire. Et maintenant on fait quoi? A l’age où mes copines commencent à se trouver un mec, je me retrouve sans projet. Du moins pas aussi importants que faire sa vie ou avoir des enfants (c’est mon échelle d’importance que je prends en compte).

 

De cette réflexion découlent de l’ennui, de l’envie et des regrets. Les 3 sont non-justifiés. L’ennui quand on a 3 enfants, je suis la seule à trouver le temps de m’ennuyer. Envier les copines qui sortent, bringuent et n’ont pas besoin de se lever à 6h le lendemain matin, c’est ridicule, parce que si on y pense, moi aussi j’ai des cernes, et je peux meme avoir une sensation de gueule de bois sans avoir bu, en me couchant à 23h au lieu de 22 par exemple. Les regrets sont juste horribles dans ce cas de figure, mais sont malheureusement très présents, sans qu’ils soient forcément fondés. Parce que j’ai fait ce que je voulais, ce que je souhaitais. A refaire, je ferai pareil. A quoi bon regretter quelque chose qui fait de nous ce que nous sommes?

 

Voila le soucis. Mes enfants me définissent depuis 2 ans. Je n’ai qu’eux dans ma vie. Le matin, le midi, le soir, des fois la nuit. Mes journées sont au rythme des leurs.Eux et mon blog. Ce dernier a contenté mes envies d’extérieur aussi longtemps qu’il a pu. Mais c’est fini. Je prends toujours autant de plaisir à vous raconter mes péripéties, mais ça ne suffit plus. Et entre le boulot de Chéwi, les enfants non scolarisés, l’endroit où j’habite, les portes vers l’extérieur sont rares.

 

J’ai bien gardé du temps pour moi. Le plus possible. J’aime prendre soin de moi, je lis, je surfe sur le net, je fais ce que j’aime quoi. Mais quelque chose me manque. D’une nature plutot solitaire depuis toujours, d’abord par la force des choses, puis ensuite par habitude, les moments seule me manquent. Manger si j’ai faim, me poser sur le canapé sans avoir à regarder si l’un des enfants ne fait pas de bêtise, ne dépendre de rien d’autre que moi et mes envies, me prendre le temps de faire des choses, ou de ne rien faire du tout, sans avoir à me dire qu’il faut que j’en profite avant le gouter/le réveil des jumeaux, ou pendant que Madame Ma Fille est occupée. Attendre impatiemment l’heure du coucher des enfants, puis me souvenir que j’ai aussi un mari.

 

Les journées sont des corvées aujourd’hui. M’occuper de mes enfants n’est plus qu’habitudes et réflexes, mais aussi et surtout soupirs et larmes plus ou moins correctement retenues. Je laisse tout couler, je fais le minimum vital pour chacun.

 

Mettre de côté les 5 dernières années, à la louche, et tout recommencer, seule. Et faire quoi alors? Décider de faire un bébé avec Chéwi? On se mord la queue là….

 

Partir loin me fait tellement envie, du matin au lever, jusqu’au soir, le coucher des enfants. Je me suis même surprise à préparer ma fuite mentalement. Alors oui se serait peut être une solution. Mais mon problème aujourd’hui, c’est que je ne sais pas si j’aurai envie de rentrer, quand le moment sera venu.

 

Vendredi dernier, après une journée plus horrible encore que les autres, je suis partie. Gentillement. IL fallait faire des courses. J’ai mis secrêtement un point d’honneur à ne pas rentrer avant que les enfants soient tous au lit. La culpabilité a essayé de prendre le dessus, en sachant très bien quelle merde attendait Chéwi, après une journée de boulot. Mais l’insuportabilité de mes 4 murs, des 3 enfants avait atteint son maximum, et j’avais pesé le pour et le contre pendant 2h l’après midi. Il était juste hors de question de rester. JE suis partie pendant environ 2h30.

 

Les 3/4 du temps passé dehors, je les passai à ravaler mes larmes devant la foule présente au centre commercial. J’essayai de me changer les idées en faisant un peu de shopping, pour moi, uniquement. Je trouvai des T-shirts, un pantalon. Et puis, ça a marché, je me suis sentie mieux. Le 36 du pantalon y était peut être pour quelque chose, je ne sais pas. Toujours est il que les larmes et la boule dans la gorge avaient disparues.

 

C’est bien plus calme et  moins apathique que je suis rentrée. Le coeur pas tout à fait léger, mais plus apte à faire la part des choses. J’ai même pu coucher la grande et lui raconter une histoire. Une façon peut être déguisée de m’excuser de mon abandon temporaire de mes fonctions.

 

Ce week end, nous étions invités à prendre l’apéro chez un collègue et ami de Chéwi. J’avais accepté, moi qui me plains toujours de ne voir personne. J’étais déjà découragée avant d’y aller à l’idée de devoir gérer les 3 en terrain inconnu. Tout s’est très bien passé. Les gens étaient très sympas. Mais je ne sais comment l’expliquer, je suis rentrée plus morose et triste que je ne suis partie. L’apathie est revenue progressivement jusqu’à ne plus bouger, un coussin dans les bras sur le canapé, les larmes à nouveau au bord des yeux. Même en trichant pour dormir, comme je le fais depuis plusieurs nuits, j’ai fait des cauchemards. Les mêmes depuis 2 semaines. Des cauchemards de maman, avec un bébé qui met les doigts dans la prise et qui vous regarde en souriant en les enfonçant encore plus loin  dans les trous, pendant que vous lui hurler d’arreter parce que quelque chose vous empêche d’aller le chercher. Ou alors des cauchemards très bizarres où vous vous mettez à parler comme un flambeur dans un casino “faites vos jeux… rien ne va plus” avant de vous jeter d’une falaise. Souvent les mêmes. Chaque nuit. Voire les siestes.

 

La journée de dimanche s’est plus ou moins bien passée. Sans bas, ni hauts.

 

Je me donne l’impression de survivre au milieu de tout ça. Je ne m’autorise pas le droit de me plaindre de ma vie. Mes enfants étaient désirés et sont aimés, peu importe les idées et les regrets qui me passent par la tête. J’avoue que le fait qu’il y en ai eu deux le deuxième coup me pose encore énormément de problèmes. C’est horrible, je suis horrible. Je ne saurais vous dire lequel est de trop, c’est quand même un bon signe je pense. Mon mari a résolumment des défauts, mais il a aussi des qualités, et je l’aime pour tout ça.

 

Si aujourd’hui je ne me sens pas à ma place au milieu d’eux, si je désire ausi fort être loin de tout ça, je ne peux m’en prendre qu’à moi même,moi et  ma volonté de tout prendre en charge seule et de ne pas croire, ou du moins laisser croire les autres en leurs capacités de faire aussi bien que moi. Il faut croire que chacun de nous a une certaine dose de courage, de force prédéfinie. Ma dose a été largement dépassée et j’ai baissé les bras. J’abandonne.

 

(ça m’a pris des heures pour savoir si j’allais ou non publier ce billet. J’ai conclu sur le fait que ça fait bein partie de ma vie de maman, donc ça a sa place ici. Et puis en fait, je m’en fouts…)

25 commentaires

  1. bon poulette, c’est l’amie de longue date qui te parle, faut que tu changes ton quotidien, essaie de te trouver un petit job même à temps partiel, tu es une fille intelligente, créative, tu pourrais déjà te sentir exister à travers autre chose que tes enfants! Quant à la culpabilité de laisser tes enfants, tu le dis toi-même, il vaut mieux une maman absente de temps en temps mais qui se sent mieux à son retour qu’une maman fantôme qui ne prend plus plaisir à rien. Je tiens à te féliciter pour ton courage, beaucoup d’entre nous n’aurait pas tenu aussi longtemps! Pourquoi tu ne mets pas les jumeaux à la garderie en même temps que Lou-Ann? Zou, fonce, bouge, fais qq chose!

  2. Ce billet mérite soit le silence soit des heures de discussions, pour les deux sache que je suis présente et que tu peux compter sur notre toute nouvelle amitié. Tout ce que tu ressent est tout à fait normal, même si ça ne remonte pas le moral de le savoir. Le bonheur n’est ni dans le passé ni dans le futur mais dans le moment présent… Je suis là pour toi si tu as envie. Je t’embrasse fort. Olivia

  3. Ma louloute, tu crois pas aussi qu’il y a eu beaucoup de changements pour une petite Julie. Passer de 3 à 5 dans la famille, quitter son petit cocon de vie avec famille et amis pour se retrouver dans un endroit qui tu n’aimes pas (et je comprend). Je pense que tu as le droit d’être triste et d’avoir envie de tous les laisser en plan, marre de tes 4 murs comme tu dis. Tu as besoin d’oxygène alors vas-y. Et délégue… Personne ne va en mourir, même toi. D’ailleurs qu’en je viens, je veux que tu m’obliges à m’occuper de la tribu pendant que tu siroteras tranquillement ton petit Mojito et croquera dans tes radis.
    Et je suis aussi pour l’idée que tu te trouves un petit job, même un truc sans importance, que quelques heures par semaine, histoire d’avoir une autre vie que celle de maman.

    Moi je t’admire, quand tu prends ton courage à 2 mais pour emmener seule tes enfants au Salon de l’Agriculture, pour avoir du temps pour papoter avec nous et pour avoir réussi ce tour de force de t’occuper comme un chef de ton foyer. 27 ans c’est jeune crois-moi, tout le monde n’est pas aussi mature que toi pour assumer que là ça va pas.

    Bisous ma douce et promis, j’arrive et je t’apporterais un peu de réconfort si je le peux :)

  4. Que dire à part que je t’envoie plein de courage et d’ondes positives? On ne se connait pas, autrement qu’à travers ces écrans, mais ce que je sais c’est que j’ai mal au coeur pour toi, tu as mon mail si tu veux en causer un peu plus librement, je prendrai le temps pour te lire.

  5. j’en ai les larmes aux yeux de te lire… ce billet semble être un grand appel au secours.
    Mettre des mots sur toutes tes sensations d’étouffement est déjà un premier pas… certes ça ne résout rien, mais ça cible le besoin de changement, d’action.
    Et ton homme dans tout ça ? Qu’en pense-t-il ? Arrive-t-il à t’aider, te soulager auprès des ptits ?.. Est-il tout simplement au courant de ce qu’il t’arrive ?
    tu as eu raison de publier ce post, car une vie de Maman (encore plus au foyer..) n’est pas faite que de hauts ! Les bas, ça fait partie du jeu, et ça m’énerve toujours celles qui disent “anhh, mes enfants c’est que-du-boh-neur” !!!
    On a tous le droit de craquer, d’en avoir assez, de lâcher prise, de pleurer, et de rêver à un autre avenir…
    Avant d’avoir des gosses, je me disais que ça devait être trop top de rester à la maison avec son bambin (moi non-plus, j’en envisageais pas 3 d’1 coups ;) ) mais maintenant je me surprends à rêver re-travailler…!
    si quelques bises ensoleillées et iodées peuvent te réchauffer le coeur, je t’en envoie volontiers une tripotée

  6. Ca ne t’aidera peut être pas mais sache que je te comprends!!
    J’ai pas encore 28ans et tout comme toi, maman d’un loulou de bientôt 3ans et de 2 belettes de presque 8 mois.
    J’avoue, le jour où j’ai su que j’attendais 2 bébés pour bébébis, j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps, je flippais… maintenant qu’elles sont là, il m’arrive parfois de me demander comment ça serait si j’en avais qu’une à gérer… parce que j’aurais pu reprendre mon boulot, parce que ça aurait été moins dur à gérer quant on sort, parce je serais peut être moins fatiguée, parce que… mais voilà, y’a des jours meilleurs, où mes 3 loulous me rendent tout cet amour et tout ce stress qu’on donne tous les jours.
    Et puis y’a des moments où je craque, je pleure, moi aussi je voudrais tout laisser et ne vivre QUE POUR MOI quelques heures/jours. J’ai même dit à mon mari les prochains CP que tu pose, ils sont pour moi, pour que je parte SEULE, que moi aussi j’ai des vacances. Certains trouveront ça égoïste, sauf que maman au foyer, c’est 24H/24H, 7/7j donc toute l’année.
    Mon fils est allé à l’école à 2ans1/2 parce que je me suis dis que les 3 à la maison toute la journée, ça serait juste pas possible pour moi, je le mets à la cantine 2 jours par semaine pour la même raison, pour pas passer mes journées à courir. Certains comprennent, d’autres pas.
    Je ne te suis pas depuis longtemps mais je me retrouve dans certaines choses que tu dis parce que bon, on a un peu le même “combat” tous les jours.
    Si jamais tu avais besoin de parler, de n’être qu’écouter n’hésite pas, tu as mon adresse msn.
    J’espère que tu retrouvera vite cette force, cette joie qui nous fait aller si bien.
    Comme on te l’a dit, essaye de faire garder tes juju, pour avoir du temps dans la semaine rien que pour toi, pour souffler.

    Pleins de bisous et désolée pour la longueur…

  7. Incroyable ! En lisant ton récit, tu as tellement bien dégrossi ce qui pose soucis que les solutions semblent à portée de main !

    Quelle desperate housewives es-tu ?

    Linette !!! Et oui!!!! Tu comprendras en voyant la nouvelle saison, loool ! Toujours dans l’hypercontrôle !

    Tu es celle qui passe le plus de temps avec tes enfants, donc forcément, celle qui les connais le plus que n’importe qui (et même que Laurent). Donc évidemment que quand ils chouinent après le repas, il n’y a que toi qui va savoir que “oui ils ont l’habitude de finir en gardant la cuillère à la main et ça pers ne pouvait le deviner” -c’est un exemple hein /non j’ai pas mis des caméras chez toi/ -… Sauf que là, il faut admettre que chacun arrivera à gérer avec ses propres méthodes, et tout se passera bien quand même (et entre nous s’ils te narguent en mettant les doigts ds la prise, et bien laisse couler, ils le feront qu’une fois ! -ptdr-).
    Donc hop, la super woman – qui veut tout gérer toute seule – elle prend ses clics et ses clacs et file se faire un hammam pendant que “papa lolo gère”.

    Ensuite, jusqu’à auj , tu as été occupée : boulot – emménagement avec lolo – grossesse – Lou-Ann – mariage – grossesse – déménagement – Tic et Tac – encore déménagement – peinture – et………………..rien ! Il te faudrait pê un nouvel objectif : boulot?déménagement (mouhahahah -_-) ? une 3° grossesse (je vais me faire frapper)? Une destination de vacances à organiser? Le choix de ta rollex ?

    En tout cas, ne reste pas comme ça…

  8. Comme vendredi, même si cela n’a pas eu l’effet escompté je t’envoie plein d’ondes positives !
    Je ne sais pas trop quoi t’écrire pour te réconforter ! Peut-être que cela te ferait le bien de prendre le large quelques jours, histoire de ressentir un manque (personnellement te lisant depuis quelques temps maintenant, je suis sure qu’il sera là ce manque dont tu crains tellement l’absence !).

    Après j’ai un peu l’impression que c’est le poids du quotidien qui t’ennuie, n’y a t ‘il pas moyen de le casser un peu ? Je ne le connais pas assez pour savoir si c’est possible ou non, ce ne sont que des suppositions pour essayer de t’aider car ton billet m’ a beaucoup touché !

    Bon courage

    Toutes mes amitiés

    Steph

  9. Ca m’a tout l’air d’un grand appel au secours ce billet, c’est fort et émouvant à la fois. Ton quotidien te pèse il faut le modifier. Je me reconnais dans beaucoup de tes passages, mais seulement avec 2 enfants! Je pense que tu dois trouver une activité, une passion, un hobby, te consacrer à autre chose rien qu’à toi et le faire en déculpabilisant totalement. Cette routine ne te convient pas!

  10. Tout le monde passe par des passages…plus ou moins drôle je sais que tu vas passer au dessus de tout cela !! moi quand je ne vais pas bien je prend ma jument et je part loin…je ne te dit pas de t’acheter un cheval mais quelque cours…

  11. Je ne sais pas où commencer. Je pourrais t’écrire un roman complet.
    Ton tort est certainement (comme pour moi), de ne pas suffisamment déléguer. En même temps, comment déléguer quand on n’a le sentiment que le remplaçant n’y connait rien et n’a jamais rien fait pour s’impliquer. (ta moitié me fait penser à la mienne)
    Du temps pour toi? tu en prends, je le vois. Moi aussi. Mais moi non plus ca ne me fait pas le bien escompté. Comme si on restait en attente de quelque chose.
    Je suis plus vielle ( :mrgreen: ) que toi (5 ans, c’est peut mais c’est beaucoup), et je comprends ce que tu dis quand tu as l’impression d’avoir déjà tout fait. ET maintenant? Il te faudrait un projet.
    De notre coté, nous réfléchissons à déménager et je me rends compte que cela me donne un objectif. Sinon, j’avoue que j’aime me plonger dans les “travaux manuels”, les “loisirs créatifs”… juste pour avoir un projet, quelque chose de concret à faire.
    Quand tu parles de “fuir”, ca m’interpelle, car moi aussi, j’ai déjà réfléchi à mon départ, imaginer comment faire, comment partir, même lister ce que j’emporterais. Fruit du hasard, je suis tombée sur un magazine qui parlait de ces mamans qui “fuient”. Je crois que je ne sauterai pas le pas par crainte du rejet de mes enfants que j’aime. Un adulte peut pardonner. Pas un enfant. C’est ce qui me retient viscéralement à ma vie d’aujourd’hui. Car partir signifierait pour moi ne jamais revenir.
    Enfin, si les larmes coulent et coulent sans faim, je pense aussi qu’il faudrait que tu en parles à quelqu’un, à un médecin peut être? il ne faut pas rester comme ca. C’est important. Tu est quelqu’un de bien, j’en suis certaine. Il faut parfois savoir se faire aider.

  12. J’y pense à l’instant, le coup des vacances toute seule, c’est peut être ca la solution. Sauf que Monsieur lui ne serait pas trop d’accord, je crois qu’il ne comprendait pas. Qu’en dirait le tien?

  13. merde j’ai mal posté
    je re

    Ma juju,
    je ne suis pas douée pour réconforter les gens….je soigne les gens à l’hosto ne peux pas soigner leur plaie intérieur. Suis pas douée pour ca…chacun son truc.
    Même si te dire que je te comprends ne t’aidera pas, Je cherche en vain une solution a ton problème.

    J’aimerai tellement t’aider pour ne pas te laisser dans une détresse pareille. A 800kms ca devient difficile. Alors je ne peux me résoudre qu’a te proposer :
    de voir avec la crèche pour garder les 3 enfants ensemble et t’accorder à ce moment là du temps pour toi. Soit du repos soit une activité qui pourra te faire voyager ailleurs que dans tes 4 murs du 93.

    Je te proposerai bien aussi de venir la première semaine de juin avec tes marmots puisque lolo ne pourra gérer seul car travail oblige. Un air de la méditerranée si ca te tente ne me pose pas de pb.

    Je finirai juste en reprenant une citation d’une des filles :
    « Et ton homme dans tout ça ? Qu’en pense-t-il ? Arrive-t-il à t’aider, te soulager auprès des petits ?.. Est-il tout simplement au courant de ce qu’il t’arrive ? »
    mari chéwi est ailleurs car des préoccupations familliales qui font qu’il a le droit d’être « absent »et qui malheureusement ne voit pas sa femme dans une détresse. Cela ne l’excuse pas…..mais pour une fois je peux comprendre un homme. Je vis le même chose à la maison..normal ils sont frères et vivent ce truc ensemble.

    Julie n’hésites pas..tu le sais
    Je ne peux que t’aider ainsi et j’en suis désolée de ne pouvoir faire plus.
    prends soin de toi
    a bientôt
    mag ta belle soeur.

  14. Je suis passée par cette phase il y a quelques mois, un grand ras le bol de tout et de tout le monde, une grosse envie de fuir aussi… je ne sais pas su tu te souviens. Tous les comm m’ont fait du bien et me conseillaient de prendre du temps pour moi, de rencontrer du monde, de lâcher prise, il faut déléguer et tant pis si ce n’est pas fait comme on le fait nous, sinon on explose il y a beaucoup trop de choses à gérer ! Ne peux tu pas laisser les enfants 1 jour par semaine à la crèche ? Ne peux tu pas partir un we voir tes amis et quitter Paris pour te prendre un bon gros bol d’air pur ? Il faut que tu fasses le coup des courses plus souvent, ça libère la tête de ne pas avoir à penser aux bêtises, aux biberons, aux siestes… Si tu as besoin de papoter je suis là juju et je comprends tellement ta situation … n’hésite pas par mail. De gros bisous virtuels mais bien réels je t’assure !

  15. que dire de plus que les filles? je suis dans la même situation et je te comprends!!!!!! éloigner de ma famille, ma seule activité est de gérer mes enfants, parfois au bord de la crise mais c’est un sentiment humain je pense …. je reprends une activité pour septembre, cela me fera le plus grand bien et je pense que tu devrais de même .
    Pleins de bisous et de courage pour cette épreuve

  16. 3 enfants et seulement 2 petites heures pour toi en 2 ans ? pas étonnant que tu en aies marre…
    Si en plus on ajoute un déménagement par forcement voulu, ca fait beaucoup !
    Des petites vacances chez papy-mamy pendant quelques temps, ca ne serait pas possible ? Le temps de réfléchir a des solutions, de t’occuper de toi, te trouver une occupation qui fasse office de soupape pour souffler un peu de temps en temps et… d’avoir envie de les récupérer !

    Tu sais tes enfants ne t’en voudront pas si tu les fais garder pour faire quelque chose pour toi (ou même ne rien faire)! Tu ne trouveras peut-être pas quelqu’un qui s’en occupera aussi bien que toi mais comme ca ils verront a quel point maman elle assure ;)

    Je t’envoie plein de réconfort et j’espère que tu viendras vite nous raconter que tu as trouve un nouveau projet qui te redonne le sourire !

  17. C’est drôle comme aux yeux de tous la vie de maman au foyer c’est le rêve…
    Mais quand on y est??? c’est quoi? du quotidien, du train-train, vivre pour son/ses gosse/s, vivre pour son mari, vivre pour sa maison… et l’échapattoir dans tout ça???
    Nous quoi qu’on est??? j’ai trouvé l’autre jour.. un robot ménager on fait les choses et nous on passe à la trappe…

    J’ai l’impression de me lire en te lisant, le pire c’est que j’en ai qu’une, et que l’autre arrive dans pas longtemps.. Et puis ça passe, ça va on pète la forme.. et paf quotidien…
    Plus envie de rien, plus envie de sortir, plus envie de voir du monde même si on en meurt d’envie…

    Et puis d’un coup, merde! les choses ne bougeront pas toutes seules, alors on se donne un coup de pied au cul, et on se bouge pour boire le café avec la voisine qui au demeurant vit plus ou moins la même chose au final… On se rappelle qu’on avait mis un point d’honneur sur le fait que quoiqu’il arrive on s’est promis de se garder une activité et on se bouge pour y aller, pour voir du monde qui au final s’inquiète pour moi quand je n’y vais pas (ça ça donne du baume au coeur!) Que sisi!!! le zhomme aussi il sait passer l’aspirateur, laver les vitres, ranger le linge… non c’est pas comme si je l’avais fait, mais c’est bien fait quand même…. et puis mini-puce elle aime son papa, elle aime être avec son papa, ils aiment se prendre le choux… alors sisi!! il FAUT laisser faire… (comment ça j’ai une sainte horreur de pas garder le contrôle??? ) sisi j’y arrive!! mais non le caca nerveux pour que l’homme pose de suite là maintenant l’aspirateur le dimanche matin pour me laisser au lit ça compte pas…

    Pourquoi t’essayes pas de te trouver une activité qui t’oblige plus ou moins à laisser l’appart, les enfants et l’homme ensemble? une fois par semaine? pourquoi tu veux te trouver quelque chose où tu n’aies pas cette “contrainte”? je crois que tant qu’on est pas un peu obligé on y arrive pas à délégué, ou alors quand le vase est déjà trop plein et là c’est déjà trop tard…

    Et tes projets pour plus tard? Tu veux pas reprendre le boulot quand Tic et Tac seront assez grands? Tu vas avoir la puce à emmener à l’école en septembre… Et puis pourquoi pas laisser toute ta troupe à tes parents ou ceux de Laurent juste une nuit pour que vous passiez un vrai moment à vous? Oui je sais culpabilité, pas possible tout ça… Mais suffit juste de se donner les moyens parfois, même si c’est plus facile à dire qu’à faire ;) La maman est forcément la meilleure c’est indéniable, mais je crois qu’on a tous plus ou moins passé une nuit chez papi/mamie enfant, et je crois qu’au final on était content d’être les rois, papi/mamie contents de pouponner de céder aux caprices et sont deux, peuvent bien réussir une fois de temps à autre à gérer toute ta troupe…

    Je te fais de gros gros bisous! et t’envoie tout plein de courage!

  18. Apres la phase “maman comblée”, l’auto satisfaction de reussir a gerer les enfants, la maison, la relation avec cheww, et ben on fait quoi??
    Parce que tu as raison, au bout d’un moment, on se voit repeter machinalement les choses, ça glisse et passe tout seul (quoique là, quand on voit que chewwi passe encore 3 h. pour les douches, les changes,ou les negociations avec les enfts, et qu’il continue a jeter des ptits coups d’oeil dans notre direction pour avoir un geste d’acquiessement ou d’encouragement, on se dit que Ouaip, nous, c’est vraiment les doigts dans le nez, tt ça :)
    ..mais on n’a plus de challenge, on trouve que qu’on devient ininteressante, qu’on fait des trucs rebarbatifs, et meme que finalement, tout ceux qui sont là a nous assurer qu’on peut etre fiere de nous, 3 (4) enfts de cet age là, à notre age, leur education, la maison, la popote, la vie de famille quoi,vraiment, ils nous prennent pour des billes (ou alors ca les arrange qu’on continue ;-).
    Si au moins il y avait un diplome de maman au foyer, on se sentirai plus reconnue, ca passerait mieux, alors que là, tout le monde trouve ça normal ce qu’on fait, puisque toutes les meres le font (ou pas, mais elles le vivent tres bien, elles)).
    Du coup, nous aussi on s’auto-denigre.
    Alors fais quelque chose ou tu te sentiras t’elever toi, dans le sens de te grandir, rassasier tes neuronnes et combler la case “nouveautés dans ma vie”…afin de deconnecter d’avec les habitudes qui te bouffent, parce que repetitives, meme si constuctives pour tes enfants..
    Je m’emballe je m’emballe, courage, tu n’es pas foutue, tu as pleins de ressources, de terrains nouveaux à explorer, et de choses à decouvrir , peut etre d’adord en toi, pour mieux les voir

    1. suite et fin..
      pour mieux les voir, ou les trouver, à l’exterieur !!
      Ce fut long, ce p’tit mot, mais tes propos m’ont inspirés !!
      la bise et courage

  19. Julie, tu as réfléchi des heures à “publier ou ne pas publier” ce billet et tu conclues en disant que tu t’en fous …..ok

    Quelles genres de réponses t’apporteraient quelques choses, qu’as-tu envie d’entendre, qu’as tu envie de lire ???

    Depuis que je te connais (et l’air de rien ça commence à faire !!! mdrrr) tu as des passages de vide comme celui-là. Tu as toujours dit et re-dit que te faire aider , c’est pas ton truc….

    Est ce que tu trouves ton compte dans ces moments de vide, de blues ?

    Est-ce que tu as envie de continuer à en traverser d’autres ?

    Qu’est ce qu’ils t’apportent ?

    Tu dis :”Partir loin me fait tellement envie, du matin au lever, jusqu’au soir, le coucher des enfants. Je me suis même surprise à préparer ma fuite mentalement. Alors oui se serait peut être une solution. Mais mon problème aujourd’hui, c’est que je ne sais pas si j’aurai envie de rentrer, quand le moment sera venu.”

    A supposer que tu puisses le faire (conditionnel, supposition, imaginaire dans les plus fous de l’imaginaire)….qu’est ce qui remplirait alors tes journées ???

    fanfan…..toujours aussi chiante avec ses questions……mais je sais que te faire aider c’est pas ton truc……et j’attends pas forcément de réponses…..la porte est ouverte, la main est tendue …..up to you !!!

  20. je voulais toutes vous remercier, d’avoir pris le temps de lire cela, puis de m’avoir laisser un petit mot. J’ai conscience qu’essayer de dire quelque chose après ça est assez difficile, pour l’avoir vécu.
    Pour tout vous avouer, j’avias juste besoin de le sortir à quelqu’un qui ne serait aps en face de moi. j’ai voulu bloquer les commentaires, mais comme je ne le fais jamais, ça n’a pas marché. Le temps que je trouve c’etait trop tard…
    Mais je suis quand même bien contente d’avoir eu vos témoignages, votre soutient…
    Merci!

    1. c normal, ça sert à ça aussi un blog, à s’échapper, à dire ce qu’on a sur le cœur et à pouvoir recevoir des autres sans êtres jugée.
      prends soin de toi
      :wink:

  21. Ma Juju,
    Je crois que presque tout a été dit dans les différents commentaires qui ont été laissés, je voulais juste faire une petite remarque:
    Je ne peux pas me mettre dans ta peau, je n’ai qu’un seul bambin, ma Maman, voire ma belle mère qui sont proches pour me le garder quand besoin se fait sentir, mais n’oublies pas qu’avant d’être une Maman, tu es aussi une jeune femme qui a besoin de sortir, de voir du monde, autrement qu’à travers son écran, ne pas vivre qu’au travers l’emploi du temps de tes enfants!!! Je te souhaite de te trouver du temps pour toi et de TE retrouver,
    biz

  22. salut !
    Je viens de découvrir ton blog… ton article m’a beaucoup émue… beaucoup de sincérité… je me retrouve à travers toi, j’ai 3 enfants, en congé parental… et je te comprends totalement, cette sensation de ne plus être dans le plaisir mais dans le “subir” avec les enfants… et c’est vrai que parfois, qq heures pour soi et on revient complètement plus détendue… je te souhaite de trouver le bonheur, le tien, sûrement en faisant qq chose “pour toi” et pour personne d’autre. Mon blog est protégé par un MDP, mais je te le donnerais volontiers par mail si tu souhaites suivre une autre survie parmi les couches, les pipis, les bains… je m’y livre beaucoup moins que toi, car c’est surtout un blog pour ma famille qui est loin…
    Je t’embrasse chère amie !!!
    Aurélie

Laisser un commentaire