Petite leçon de français…

Bon je ne vais pas vous l’apprendre, mais depuis quelques temps, on nous traduit des mots anglais en langue française, histoire peut être de renforcer l’identité nationale, je ne sais pas…

 

Autant le débadidé sur l’identité nationale m’intéresse (mais je n’en parlerai pas, du moins pas aujourd’hui, peut être une autre fois si j’arrive à bien retranscrire mes idées), autant je trouve ces traductions inapropriées, tant les mots traduits sont entrés dans la langue courante.

 

Ainsi, cet espace où je vous raconte ma vie n’est plus un blog, mais un bloc-note. Sans les spirales. Sur la toile, je navigue au gré des balises, prenant garde de ne pas tomber sur des sites qui pourraient pratiquer du filoutage, en essayant aussi de ne pas donner mon adresse électronique n’importe où et pour n’importe quelle infolettre, pour ne pas me faire arroser de pourriels. De temps en temps j’efface mes témoins de connexion, parce qu’il parait que c’est pas trop bien de les garder. Et puis comme tout le monde, les vidéos et articles qui font le ramdam, je vais tout de suite les lire ou les voir.

 

Heureusement, ils n’ont pas (encore?) voulu traduire Facebook (quoi que, trombinoscope, c’est la même chose non?), parce que je vais souvent sur ce site pour eblablater avec mes copines et baliser mes amis sur des photos compromettantes., et s’ils changent le nom, je ne me souviendrais plus de l’adresse réticulaire… Coment je pourrais alors voir les photos des potos bolideurs??? Dites le moi!

 

Franchement je ne sais pas si ça sert à quelque chose d’écrire cet article, étant donné que vous n’allez pas tout y comprendre… Bon ,on peut quand même se faire une idée de ce dont je veux parler, mais franchement, n’est ce pas plus simple actuellement? Est-ce vraiment nécessaire de traduire ces mots. Je lance le débadidé (j’aime ce mot mdr).

 

A ce sujet, je vous conseille d’aller voir l’article du blog du bloc-note de Titiou Lecoq, journaliste indépendant et donc… bloc-noteuse, qui est très drôle et qui vous donne bien d’autres exemples. On y apprend de plus que des gens sont payés pour faire ça, dans une commission….

 

Et si vraiment vous avez envie de comprendre ce que j’ai raconté, mais aussi traduire vos mots de tous les jours en langue française, vous avez le site FranceTerme, du Ministère de la culture qui fait la liste de tous les mots traduits par la Commission Générale de Termologie et de Néologie (oui parce qu’en plus ils ont un nom)

10 commentaires

  1. Et après on s’étonne que les français soient si mauvais en anglais ! Il y a vraiment des gens qui ont du temps à perdre ! Il faut arrêter de tout traduire car comme chacun sait traduire c’est trahir !!
    Bonne journée et merci pour ton commentaire sur mon blog !

    1. traduire c’est pas forcément trahir… mais des mots qui sont entré dans les conversations, meme par les moins informaticiens par exemple, c’est bête de vouloir les remplacer…

  2. pourriel, j’aime bien :-)
    Par contre, je trouve complètement idiot qu’ils n’aient pas remplacé “tchat” par “tchatche”, ca existe quand même, c’est un mot français…
    Pour les autres mots, c’est vrai que ça frise le ridicule…

  3. J’adore ton article franco français! Trop drole! ;)
    Le gouvernement français doit vraiment avoir de l’argent à gaspiller pour créer une commission pareille… et c’est pas le boulot de l’Académie Française de toutes façons?

  4. Ca me fait penser à ce matin, 2 nounous qui râlaient sur Dora, cette vilaine Dora qui parle en français et en anglais aux enfants… Les pauvres sont tout perdus après.

Laisser un commentaire