A toi qui n’es pas encore maman : convaincre le futur papa

A la demande générale d’une lectrice , une petite suite à ma série d’articles destinés aux futures mamans pour les aider à convaincre le futur papa.

Pour devenir maman, il faut que le futur papa soit d’accord. Enfin on va se baser sur ce postulat, sinon ça devient trop compliqué et je vais avoir des problèmes.

Je n’ai jamais du batailler pour décider Chéwi.

Pour la première, c’est lui qui en parlait depuis un bout de temps (et moi, bien sûr, j’étais d’accord). On attendait. Que j’ai un boulot fixe (le fameux CDI que je n’ai jamais eu). Bref si on avait attendu, elle ne serait pas encore là Madame Ma Fille…. Un 10 mai, on est allé voir un couple d’amis à la maternité. Ils venaient d’accueillir un jolie petite fille (qui n’a pas quitté mes bras, j’ai même encore une photo)… En sortant, on s’est regardé, et on s’est dit “goooo“. Le 2 juin, je couvais!

Pour le deuxième (oui au départ, bein on était comme tout le monde hein…), ça nous travaillait depuis un petit moment, mais bon… On attendait qu’elle grandisse un peu. Ma tâche a été facilitée par le fait que Chéwi était en stage (toute la semaine, ne rentrait qu’un week end sur deux) des 6 mois aux 15 mois de la première. Les mois les pires bien entendu (d’ailleurs il commence à s’en rendre compte en ce moment, puissance 2). Quand on a appris qu’ils étaient 2… Je dois dire que c’est plutôt lui qui a le mieux accueilli la chose. Moi j’ai été une grosse merde sur ce coup…

Bref comme vous l’avez compris, je n’ai pas eu à le soudoyer. Mais voila, ils ne sont pas tous comme ça. Le Vôtre, vous devez le travailler au corps pour descendre la poubelle (hein Madame). Alors faire un bébé, et surtout avoir un bébé en fait, inimaginable…

Pourtant, le bébé peut être un atout dans différent domaines pour un futur papa :

* dans le professionnel : avoir un bébé pour une femme, c’est devenir indisponible pour son patron, c’est synonyme d’absentéisme pour bobos divers et variés. Pour un homme, cela veut dire qu’il se pose, il “construit” (alors même que le plus grand chantier en cours est dans le ventre de sa femme… elle a les nausées, il a les retombées positives…), il est capable d’assumer des responsabilités (c’est écrit “père” sur les papiers vous rendez vous compte? ). Mais bon, sa femme lui repasse ses chemises et lui fait à manger…). bref, avoir un bébé encourage la confiance par la stabilité…

 

* dans le personnel : La liste est longue… Le sentiment de fierté (un peu comme quand il remonte triomphalement du local poubelle…) quand il présente sa famille (vous n’y êtes pour rien dans ces cas là). La responsabilisation peut aussi aider à se démarquer de ses propres parents. Ou au contraire les rapprocher dans certains cas (mais pas besoin d’aller lui raconter que ça peut éventuellement rapprocher votre mère hein… il n’a pas besoin non plus de tout savoir). Le passage d’une phase à une autre… On va éviter aussi dans certains cas de parler d’engagement, notamment si la notion même de s’engager lui fait peur…

Et puis, comme un bébé n’a pas que des avantages (celle qui vous dit que ça n’a pas d’inconvénient, c’est une menteuse… on la reconnaît au fait… qu’elle essaie de convaincre son homme d’avoir un bébé hé hé hé), il faut trouver des parades sans mensonges pour faire que ces inconvénients puisse s’atténuer. Et pourquoi pas devenir des avantages.

Exemple d’arguments pour convaincre le futur papa  :

Situation : vous êtes en train de travailler Monsieur au corps.

Version de Monsieur : Il vous rétorque qu’avoir un bébé, c’est rester cloîtré à la maison. Ne plus voir d’amis. Avoir une vie sexouelle proche du néant…. Non vraiment ce n’est pas une bonne idée. Y’a truc et machin, ils vont acheter un appart et faire leur crémaillère dans 15 mois. Alors rater cette chouille, franchement, ce serait trop nul (ahem).

Version de maman qui a déjà des enfants : ce n’est pas le bébé en lui même qui va vous empêcher d’aller à la crémaillère de Truc et machin… Par contre la fatigue peut être… Mais je ne suis jamais autant sortie qu’après la naissance de ma grande (et avec elle en plus). La vie sexouelle… heu… ça dépend des gens hein…

Version à lui donner (ce n’est pas mentir, parce que c’est possible) : la fille de la voisine est super sympa, et super responsable. Même qu’elle a eu 17 à son dernier DM de maths. En plus elle fait du babysitting. Elle prend aussi 9 euros de l’heure darling.. Ahem… Ca il faut lui dire après. D’ailleurs elle est libre dans à peu près 15 mois, un vague samedi soir, pour aller chez machin et truc. Si ça c’est pas délire, hein Chéri? Et puis on pourra en profiter pour s’arrêter dans la foret de notre premier baiser en dessous de notre arbre. Et continuer la soirée seuls rien que touaaa mouaaa et les étouaaales (et une capote cette fois). Ah… la vie sexouelle… Un bébé ça fait pleiiin de siestes dans la journée, tu sais… Et puis s’il dort avec nous, on sera obligé de tester toute les pièces de la maison…Grrr…

Donc la base de tout pour le convaincre, c’est de ne pas dire qu’un bébé c’est trop bien.

Inclure les inconvénients de la chose. Entendre ses craintes et y répondre (de manière assez vague quand même pour ne pas s’engager à continuer à faire l’amour 3 fois par jour dès le lendemain de la naissance du-dit bébé)…

Mais dites-moi, quelles sont exactement les craintes/ les réticences/ les excuses des futurs qui veulent pas (encore) être papa?

14 commentaires

    1. je sais je sais! et je ne t’ai pas oubliée! j’ai noté ton commentaire la dessus la derniere fois et je vais m’empresser de te répondre mdr (j’ai voulu faire les choses dans l’ordre)

  1. Alors chez nous, le Papa ne veut plus entendre parler de bébé, parce que ça va, il a donné ! les nuits, la fatigue, le séjour stressant à l’hopital, la grossesse difficile et tout-et-tout…
    je peux le comprendre…
    Et son excuse (bidon) suprême c’est : je culpabiliserai de prendre du temps pour m’occuper que du ptit quatrième (si çui-là arrivait seul, bien entendu..), alors qu’on se partage déjà constamment pour les 3 Cacahuètes…

    bref… il dit que plus jamais-jamais-jamais…
    mais moi, je sais qu’un jour, l’envie terrible d’être maman, le désir d’enfant et de grossesse me reprendront… ce jour-là, on en reparlera plus sérieusement :wink:

  2. Chez nous le papa il avait envie mais son refrain c’était ‘on a pas les moyens, les enfants ça coute cher, attends d’avoir ton CDI etc etc …’.
    Le jour où j’ai commencé mon CDI (avec une augmentation par apport à mon CDD en plus) je lui ai dit ‘ tu vois cette plaquette de plilule, je la finis mais j’en commence pas une autre’. Il pouvait plus rien dire, son argument était mort :)

    Maintenant c’est la question du troisième … vu qu’on a un peu des antécédents à multiples maintenant, on va réfléchir un peu …

  3. Ben moi je rejoins un peu ce qu’a dit Gazelle, un enfant unique, ça me conviendrait totalement, mais c mon chéri qui n’est pas d’accord et qui voudrait absolument un deuxième. Donc je le fais patienter comme je peux, et puis ma foi, en attendant, j’essaye de me convaincre moi même que deux, c mieux!!!

  4. Moi c’est simple, j’ai vécu 12 ans avec un homme qui, plus on s’approchait de l’échéance, moins il était partant, et que mes problèmes d’infertilité arrangeaient bien…
    sauf que passé 30 ans, j’ai eu envie de vivre ma vie autrement, et j’ai rencontré mon mari, plus jeune, mais directement partant pour l’aventure avec toutes les embûches que ça comportait (piqures, FIV etc…)

    Et finalement, c’est l’amour qui a gagné puisque notre bonhomme a bien voulu venir à nous tout seul sans l’aide des éprouvettes.

    Et en plus il a que 5 mois mais on s’amuse déja à envisager un deuxième essai. D’abord parce que j’ai 35 ans cette année, et que du coup je veux pas attendre 5 ans de nouveau. Puis parce qu’on aime ça en fait, vraiment.
    Mais bon césarienne tout ça, j’attendrai quelques temps quand même avant de laisser la nature me gâter de nouveau si elle le veut bien :wink:

  5. J’ai pas eu de problème pour convaincre le papa d’en faire un troisième… j’ai commencé à parler du ptit dernier pour la route, mais à force de voir qu’il n’en fout pas une, que je suis seule à m’occuper des trois enfants, de la maison en plus du boulot, c’est moi qui ai jeté l’éponge :-(

  6. Pas eu besoin de convaincre le futur papa non plus. Ce fut un de nos premiers sujets de conversation et c’était clair des le début, il voulait des enfants et moi aussi. Il était d’ailleurs bien plus pressé que moi, je voulais attendre le bon moment, mais bébé en a décide autrement et a juge qu’il était temps maintenant, tout de suite. Et finalement c’est exactement le bon moment… :-D

    1. oh mais oui! c’est pas un post pour vous forcer à faire des bébés hein mdr!!! bien sur que tu as encore le temps et que tu es encore jeune :)

  7. Merci Juju !!

    Les réticences chez moi c’est surtout le refrain que tu as cité : Monsieur veut pouvoir mener la même vie qu’avant, sortir, boire, partir en voyage loin. Et je crois que c’est justement le côté posé de la suite qui lui fait peur, le fait d’écrire “père”…

  8. j’en ai déjà huit , alors , le neuvième pas question . sans compter que revivre le coup de l’halien
    dans mon ventre , non merci ! je ne supporte pas l’idée d’être à nouveau squattée par l’un de
    ces suceurs de tétons , pas de cigarette , pas d’alcool , et pas de …. et pas de …. , j’en ai trop bavé
    avec les autres , alors là :niet !

Laisser un commentaire