Et si on faisait un petit 4ème? hein?

non c’est une blague… j’aime bien les titres qui font pâlir ma mère derrière son écran, jsuis comme ça moi…

 

Tout ça pour vous parler d’hormones, entre autre. Hier la grande info qui faisait que ça y est, les petits Haitiens ne mourraient plus de faim, c’était les résultats d’une enquête sur la contraception. Des chiffres clés absolument… effarants…. et que les journalistes n’ont cessé de répéter au fil de la journée.

 

200 000 avortements par an en France

 

72 % de ces avortements ont lieu alors que la grossesse à débuté AVEC un moyen de contraception

 

43% de ces IVG sont faits avec des médicaments (soit tout au début de la grossesse)

 

2/3 des filles lycéennes pensent encore qu’on ne peut pas tomber enceinte lors du 1er rapport

 

40% des femmes auront recours à l’IVG à un moment de leur vie (!)

 

Effarant, je vous l’ai dit. Les spécialistes sont un peu tous du même avis : le fait que la pillule soit LE moyen de contraception le plus utilisé (90% des femmes de 20-24 ans aujourd’hui) y est pour beaucoup. Oubli, décalage, anti-inflammatoire, tout problème ou dérèglement quand on est sous pillule favorise forcément la montée des bébêtes vers l’oeuf. C’est con. Mais c’est comme ça. La pillule n’est pas adaptée à toutes, et il faudrait que les gynécos ET les plannings familliaux prennent le temps des fois d’étudier le cas de chacune pour pouvoir déterminer le mode de contraception le plus adapté.

 

On dit aussi que l’éducation sexouelle à l’école ne rempli pas son rôle. On parle bien du Sida et de ces cochonneries, on parle donc du préservatif. Mais ce serait tout (en meme temps l’ecole a toujours bon dos…)

 

Ces chiffres déjà, je voudrais les relativiser.

 

– Les 72% d’avortements alors que la madame elle avait une contraception (et/ou le mossieur, ne les oublions pas). Comme ça on se dit ouhhhhh les capotes et la pillule ça marche pas si bien que ça. Attention! Ils considèrent les “oublis de pillule” comme “étant sous contraception”…. il faut se rappeler que le fait de “compter les jours’” est considéré comme un moyen de contraception. Si. Là déjà, quand on sait à quel point un cycle peut être perturbé juste par un évènement stressant extérieur, je suis désolée, mais c’est juste honteux de dire aux jeunes filles que entre le 10e et le 18e jour des regles vaut mieux s’abstenir… (et encore pour les jours je suis large moi)

 

Les 2/3 des fifilles qui croient encore que non, le 1er rapport, on ne peut pas tomber enceinte…. Ca ça me sidère… avec tout ce qu’on peut avoir comme moyen d’information aujourd’hui (autre que l’education sexouelle à l’école)… déjà quand j’avais 16 ans, c’était écrit dans les magazines que j’achetais, genre girls ou ces trucs là… alors quoi? On sait plus lire? Internet ça ne sert qu’à faire un skyblog et à aller sur facebook? La moindre émission sur les relations sexuelles, et on le dit….

 

40% des femmes auront recours à l’avortement à un moment de leur vie…. là je ne sais quoi dire… la moitié presque… mais je comprends pas… pourquoi que 200 000 avortements par an alors? ce n’est pas logique!!!

 

Expliquer ces 200 000 avortements, je ne le peux pas. Il faudrait pour cela voir des statistiques plus détaillées, et de toutes façons ce n’est pas mon travail. Ce que j’en pense? Je ne suis pas contre l’avortement, non, pas du tout. Je suis persuadée qu’il vaut mieux 200 000 IVG que 200 000 bébés malheureux / maltraités / délaissés parce que non désirés. Mais en même temps, est ce que ces 200 000 bébés seraient vraiment tous malheureux? Ca je ne le crois pas. Pour faire un IVG il faut aller vite (la moyenne est de 5 jours). La où il faudrait prendre du temps (mais on n’en a pas). Prendre le temps de savoir vraiment ce qu’on veut / peut faire.

 

On parle des jeunes filles, on parle des “carriéristes qui ne peuvent pas s’arrêter maintenant”. Mais moi, si je tombais enceinte du 4eme, je réagirais comment? L’excuse du “on n’a pas la place dans la nouvelle voiture qu’on vient de commander” marcherait-elle auprès du médecin?

 

Sources : http://www.macontraception.fr/, chiffres récupérés sur le site du Parisien

 

Edit : le rapport complet de l’IGAS sur le sujet ici. Il se trouve que 50% des IVG sont effectués sur des jeunes femmes entre 18 et 24 ans (l’âge où on s’amuse n’est ce pas?) et 23% encore sur des femmes entre 25 et 29 ans. La part d’IVG faits sur des mineures est à 12%. On peut donc se poser la question : est ce vraiment l’information qui manque ou le “m’en foutisme” des jeunes entre 18 et 24 ans qui favorise les grossesses non-désirées? (perso j’ai mon avis… mais bon…) A l’heure de la pillule de la semaine d’après… tout ça me parait tellement irréaliste!

25 commentaires

  1. j’ai cherché les chiffres plus précis, j’ai pas réussis à trouver.. je cherche encore justement pour pouvoir les ajouter

      1. Nickel, super intéressant ce billet, je crois que c’est un peu de “manque d’information” et un peu de “je m’en foutisme”. Certaines personnes minimisent totalement l’IVG, je me souviens d’une nana quand j’étais en école de commerce qui s’était faite avortée déjà 2 fois (22 ans la fille)… et elle me disait en rigolant qu’elle ne pouvait pas s’empêcher de zapper sa pilule. Tordant de rire en effet.

        1. se servir de l’ivg comme moyen de contraception… pffff… je sais bien que ça existe (tu es as la preuve ma foi) mais faudrait vraiment qu’il y ait des limites à cela… je ne sais pas comment, mais bon

  2. Je pense que 18-24 ans est aussi l’age ou tu te prends de bonnes grosses cuites qui font que forcement tu ecartes plus facilement les cuisses.
    Controle les nanas, buvez plus pour finir la tete dans les cuvettes plutot que dans les toilettes avec Jean-Kevin.

    1. oui c’est ce que je disais Fanny : l’age où on s’amuse quoi mdr…
      j’aime bien ton slogan, tu devrais faire un groupe facebook mdr :mrgreen:

  3. Je trouve aussi que c’est hallucinant mais finalement, j’ai l’impression que l’erreur est aussi de penser que, justement, avec internet et tout le tralala, les jeunes sont informés. Mais les “on dit” sont bien souvent un tissu d’aneries et pas réellement de l’information.

    Enfin, tu m’as fait sourire avec “entre le 10ième et le 18ième jour” parce qu’effectivement, hormis les déréglements de cycle, il faudrait d’abord savoir quel est le “bon” jour (chez moi, c’est 20 à 22 ! ) et finalement, dans mes souvenirs, quand t’es ado, les cycles sont tous différents et aléatoires…

    1. alors comment toucher ces jeunes filles (et les mecs aussi bien entendu) qui n’ont pas cet accès à l’info? parce que celles qui n’ose pas regarder sur le net / qui ne peuvent pas, ne sont pas forcément à lever la main devant tout le monde en cours (on a tous été ados, et a rire bete dès que ça parlait zizi et zezette), et pas forcément non plus celles qui vont demander conseil à qq1…. comment on les touche celles-ci?

    1. oui… près d’une femme sur 2 quand même… ça fait réfléchir… 4 femmes sur 10 que tu rencontres/connais ont été, ou vont se faire avorter dans leur vie…. 8-O

    1. ah oui, c’est une méthode reconnue. je suis allée verifier si on donnait encore cette méthode sur le site “ma contraception” (voir lien dans billet). LE site référence dont l’adresse est donnée partout pour les jeunes (et les autres)… et bien “compter les jours”, c’est une méthode de contraception

  4. Ils ne parlent pas des femmes qui tombent enceinte sous stérilet dans ton enquête? Parce que moi, je connais plus de personnes qui sont tombées enceinte sous stérilet que sous pilule !
    Et justement c’est des cas de “petit quatrième” pas du tout prévu … il n’y a pas que les ‘jeunes’ qui avortent …

    1. je pensais que le stérilet était plus “sur” que la pillule… et effectivement il y a ces cas là, de “ptit 4eme” non prévu… comme je l’ai dit je ne saurais pas quoi faire… il faudrait que j’y réflechisse alors, parce que je viens de me faire poser un sterilet *juju tremble* :-?

  5. en même temps tomber enceinte sous stérilet les risques de grossesse extra-utérine sont tellement énormes que je pense que c’est surtout de l’IMG plus que de l’IVG…

    Moi ce qui me sidère c’est quand même que le préservatif semble si peu utilisé au final 8-O

  6. Je pense que justement le problème avec Internet c’est qu’on (par on j’entends les parents, mais aussi tous ceux qui détiennent les informations) pense que vu que l’information y est disponible, ce n’est pas la peine d’en parler de vive voix. Or, je pense que la majorité des jeunes filles qui croient qu’on ne tombe pas enceinte au premier rapport vont chercher des informations à ce sujet APRÈS le rapport en question.
    Je pense – pour être dans la tranche d’âge des 18-24 ans, que beaucoup de jeunes s’en balancent de la contraception. Très honnêtement, la plupart des garçons que je connais ne se sentent pas vraiment concernés par l’usage des préservatifs. Quant aux filles, la plupart prennent la pilule, mais après avec quelle rigueur, ça reste à voir.

    Selon moi un des principaux problèmes au niveau de la contraception c’est qu’à part la pilule, on n’est pas vraiment informés des moyens alternatifs, et souvent ceux-ci ont des effets secondaires pas super – comme l’implanon ou le sterilet.

    Par contre ce que tu n’évoques pas dans ton article c’est la pilule du lendemain. Je ne comprends pas comment il peut y avoir tellement d’avortements alors que cette pilule est en vente libre, et qu’il suffit d’aller se la procurer après avoir eu un rapport non protégé. Son efficacité est d’ailleurs assez remarquable.

    1. effectivement je ne parle pas précisement de la pillule du lendemain… mais je l’évoque rapidement à la fin de l’article, ainsi que celle du surlendemanin “la pillule de la semaine d’après”, ironiquement… et dans le meme sens que toi : cette pillule (enfin ces) sont en vente libre… je ne comprends pas…

  7. salut ma juju !!!

    bon moi les chiffres c’est pas pour moi
    y’a juste un truc qui me chiffonne c’est de dire que la pillule +anti inflammatoire donne une risque de grossesse. ai-je bien compris ?

    je préfèrerai plutôt dire que des études sur les anti inflammatoires auraient montrés qu’il y avait une “contre-indication” au stérilet et non pas à la pillule. En effet le stérilet ayant un but de créer une sorte d’inflammation pour éviter toute grossesse, le fait de prendre des anti inflammatoire ne serait pas une logique. Mais après qq années d’étude et blablabla et blablabla il semblerait que tout compte fait les anti-inflmmmatoire ne seraient pas contre indiqué.

    voili voilou ma juju déformation professionnelle que veux-tu ?

    de tte facon meme si pillule stérilet et ou autre tarlala pris ou mis correctement ne peut pas enlever ce risque 0 et ca peut arriver à tout le monde…bon certes qu’i existe de vraies cruches qu’on aurait envie de giffler mais bon….faut de tout pour faire un monde.

    tchao !!!!!!!!!!!!!

    bisous bisous juju

    mag

    1. perso, les docs m’ont tjrs demandé si j’étais sous pillule avant de me donner des medicaments… alors si y’a des medocs qu’ils m’ont aps donné parce que j’étais sous pillule, j’en sais rien.

      Après le sterilet, y’en a deux sortes : le cuivre et le mirena, qui diffuse aussi des hormones. peut etre que celui la est du coup plus “sur” sous anti-inflammatoires? j’en sais rien (et je vous dirai si je tombe enceinte mdr)(enfin pas mdr)

      Merci de ton intervention Mag, à +!

      1. yo !!!!

        j’ai porté un cuivre et là bientôt un hormonal c’est une question qui m’a tjs posé question car étant migraineuse je me choutte aux antiinflammatoires.

Laisser un commentaire