A toi qui n’est pas (encore) maman : l’accouchement

Désolée pour le retard du billet du jour, mais des gens ont trouvé rigolo de faire des travaux et couper les lignes pendant 24h sans prévenir… je n’ai meme pas pu répondre à vos comm’ d’hier… j’y vais!

 

Cela fait (normalement) neuf mois que tu t’y prépares. Mentalement, physiquement. C’est ton premier bébé? Bon alors saches que même préparée, ça va dépasser tout ce que tu as pu imaginer.

 

Il y  a deux types d’accouchement : le théorique (le seul que tu connaisses, si tu n’es jamais passé par cette case. Tu lis, on te raconte, mais non, jamais tu pourras imaginer ce que c’est, désolée), et le pratique.

 

Pour la théorie, chacune a son truc. Soit on veut savoir, soit on imagine. Moi j’ai voulu savoir. tout. A en regarder des vidéos. Pour certaines, lire ces récits vrais, voir des accouchements, c’est l’horreur et ça ne les aide pas à passer le cap de la peur. J’affirme aujourd’hui : je n’ai jamais eu peur d’accoucher! C’est au contraire avec une grande excitation que j’attendais ce moment. C’est pour ça que je voulais pouvoir réagir à tout ce qui pourrait théoriquement m’arriver. J’ai lu des centaines de récits, vu des dizaines de vidéos, pour me préparer. Pour essayer de me mettre dans l’ambiance, pour être prête le jour J. Et je pense que le fait d’avoit étudier toutes les possibilités m’a peut être aider à ne pas avoir cette peur chronique de l’accouchement.

 

Bon, si tu as bien lu mon post d’hier, tu as les jambes bien rasées et même que tu t’es fait mal au dos, au ventre, aux jambes (partout) pour essayer de rendre l’endroit par lequel le bébé sort accueillant. Ta valise est prête depuis… trèèèès longtemps, elle attendait sagement avec les culottes jetables taille 44 dans la belle chambre toute prête à accueillir son nouveau locataire. Tu sais exactement dans quel état se trouve ton col, ton bébé, et tout et tout.

 

Il y a bien sûr différentes façons d’attérir à l’hopital pour le jour J. Tu peux avoir des contractions à la maison, voire y perdre les eaux. C’est le scénario le plus avancé pendant la grossesse. Mais il faut aussi penser au déclenchement, ou à la césarienne programmée, ou encore au rendez-vous de controle qui t’envoie directement dans la salle de travail. C’est déjà le moment de ne plus rien controler. Ton corps se met au en travail, c’est comme ça, c’est pas toi qui décide. Mais bon rien ne sert de serrer les cuisses ou de décider de ne pas aller à la maternité, juste pour montrer qui est le chef. Ca ne sert à rien. L’essentiel est de se mettre dans la tête que non, tu vas pas forcément perdre les eaux au milieu de la nuit dans ton lit, et compter les contractions, et prendre une douche avant de partir et avoir le temps d’appeler ta mère. Les possibilités sont multiples et infinies, imprévisibles la plupart du temps.

 

Et certains bébés feintent aussi. Genre on te menace de t’attacher dans ton lit à 7 mois de grossesse pour cause de menace d’accouchement prématuré (MAP pour les intimes), mais il faut déclencher l’accouchement à J-2 jours…. ou alors on te dit qu’il va falloir programmer une césarienne et en fin de compte tu te retrouves avec des contractions à la maison, le col (ton fameux nouvel ami) dilaté à 5…. et donc césarienne d’urgence….

 

Bref, tu arrives à l’hopital (j’exclus sciemment les accouchements à domicile et ce genre de trucs… sinon on n’en verra pas la fin). La plupart du temps, tout commencera par un monitoring pour compter les contractions (et voir si ce sont des vraies et pas juste des gazs), vérifier que le coeur du bébé bat correctement. Encore une fois, un nombre incalculable de doigts viendront vérifier ton col, l’avancement de l’ouverture et tout cela.

 

Un petit mot sur la respiration abdominale. C’est quoi? c’est inspirer en gonflant le ventre, et expirer doucement en dégonflant le ventre. Respirer par le ventre quoi. Grace à cela, je suis arrivée dilatée à 5 pour mes jumeaux. Ca sert à quoi? A se détendre, à moins avoir mal (contractez vous à chaque contraction,et vous serez vite épuisées et serez vite en train de harceler l’anesthésiste pour avoir la péridurale), du moins à gérer la douleur.

 

La présence du papa… j’ai un avis assez tranché la dessus, je vais le partager, mais bon, ça reste MON avis tranché à MOI, et voila. Pour moi, la présence du papa est indispensable, et je crois que même s’il avait voulu, jamais je n’aurais accepté que Chéwi ne soit pas là. Alors quand on me dit “je ne veux pas qu’il me voit différemment d’avant“, ou alors “je ne veux pas qu’il me voit dans ces positions, avec le sang et patati et patata“, moi je rigole et je me fâche ensuite. Parce qu’un bébé on le fait à deux. Pas avec sa soeur. Pas avec sa mère. Et qu’accueillir SON enfant, ça n’arrive qu’une fois, et que ne pas vouloir être là, pour moi, c’est déjà décider que cet enfant, c’est celui de sa femme et qu’on veut pas trop avoir à faire à lui. C’est mon avis, je le répète.

 

La durée d’un accouchement dépend de pleins de facteurs. Le 1er étant que chaque femme est différente. C’est d’ailleurs le principal facteur. On a aussi le déclenchement ou non de l’accouchement (ca peut être plus long quand c’est déclenché, vu que le corps n’était pas entré dans la phase accouchement), la position du bébé, la position de la maman. Il parait que la péridurale aussi joue là dedans. bref. Le 1er accouchement est souvent réputé pour être plus long. Des fois c’est vrai. Des fois pas. Personne ne peut vous prédire la durée de votre futur accouchement. Même pas moi, c’est dire.

 

Pour le déroulement, je vous le raconte brièvement, vous trouverez tout ça ailleurs, et c’est pas le but de tout reprendre. Les contractions vont devenir de plus en plus fortes et de plus en plus rapprochées. On surveillera de près le coeur du bébé. Si vous choisissez la péridurale, sachez que je pourrais donner beaucoup de sous juste pour revivre ça. La péridurale c’est génial, ça pourrait être un bon sloggan. C’est simple, je me suis même octroyé une petite sieste dilatée à 8 (quand ca doit faire mal en fait). Les fesses se transforment en gros nuages tout doux. On est bien. Une fois que le col est grand ouvert (10cm), on vous dit de pousser pendant les contractions. Alors pour pousser, sachez qu’il faut éviter de bloquer la respiration (sinon garre aux hémorroides, aux veines qui pètent dans les yeux et toutes ces joyeusetés). Il faut pousser en soufflant. Ou souffler en poussant, comme vous préférez, le résultat sera le même. De cette façons, ce sont surtout les muscles juste en dessous de vos côtes qui sont sollicités, soit les muscles au dessus du bébé, pour le pousser vers le bas. Magiiiique!

 

Ah et quand on pousse…. faut que je vous dise… dans 80% des cas… il y a autre chose qui sort aussi… mais bon, ça arrive à 1 femme sur 8, alors si vous voulez, les sages femmes et autres infirmières ne vous en tiendront pas rigueur. On peut éventuellement prévenir ce petit… accident en se munissant de “choses qui font faire” et de l’utiliser juste avant d’aller à l’hopital, ou avant d’aller en salle d’accouchement, si toutefois on a le temps et l’envie…

 

Ensuite arrivera le moment magique. Celui où on sent (meme avec la péridurale) le bébé passer les derniers centimètres qui le sépare de notre monde. Le moment où on vous présentera votre petit bout, tout sale, collant, tout chaud, et qu’on vous le posera sur le ventre. La plupart du temps ils ouvrent quand les yeux. Et il vous regarde. L’air de rien, il ne sait pas grand chose, mais ce dont il est sur, c’est que vous êtes sa maman. C’est généralement à ce moment précis qu’on se met à pleurer. On a eu mal, très mal, on est fatiguée, on nous a refusé toute gouttelette d’eau ces dernieres heures, mais c’est précisemment là qu’on pleure. Parce que c’est fini. Ou parce que ça commence. Ou peut être les deux. Le fameux “instinct maternel” apparait là. On est maman ça y est. Pour de vrai….

 

Les 2 heures qui suivent l’arrivée de votre petit bout vont se passer en salle d’accouchement, pour pouvoir surveiller maman et bébé. Et éventuellement le papa. C’est le moment de la 1ere tétée si vous choisissez d’allaiter. Sachez que même si vous ne voulez pas allaiter, cette tétée peut etre l’unique, pour transmettre quelques anticorps à votre bébé avant de le passer au bibi. Si vous voulez mon avis, même si vous ne souhaitez pas allaiter, pour toutes les raisons qui vous sont propres, testez la petite tétée après l’accouchement… c’est juste magique (et ça fait pas mal mdr)

 

Pour résumer… il s’agit encore une fois d’être attentive à soi-même et souvent de ne pas écouter (du moins trop écouter) ce qu’on dit autour de vous. Personne n’est à votre place. Ah oui, la sage femme elle en a accouché 30 autres dans le mois avant vous? et alors? ce n’etait pas vous!  Le problème des accouchements de nos jours, c’est que trop souvent on se fait accoucher, on n’accouche pas… une fois la nuance saisie, à vous de gérer autant que faire se peut, à vous de vous affirmer dans certains choix, et de comprendre ce qu’on veut vous faire avant qu’on vous le fasse.

 

Peu importe la méthose anti-douleur, rares sont celles qui vous diront qu’elles n’ont rien senti du tout. Alors oui, vous allez avoir mal. Peut etre meme très mal. Mais, en me basant son mon expérience, on oublie… c’est pour ça que certaines tarées recommencent d’ailleurs….

 

Demain … le séjour à la maternité!

16 commentaires

  1. Ah voilà, les coms sont ouverts! Mes accouchements n’ont absolument rien à voir avec ceux décrits ci-dessus mais je trouve que les futures mamans sont très peu préparées à accueillir un prématuré…mon expérience à deux reprises.
    A propos du conjoint, je précise que pendant mes contractions toutes les 5 minutes en pleine nuit à l’hosto, mon chéri dormait à points fermés en ronflant… je lui en veux encore :twisted: !

    1. oui c’est vrai j’ai pas parlé de la prématurité… 9a ne m’est pas réellement arrivé, donc forcément, je n’aurais pas bien sur qu’en dire. D’après ce que j’ai pu lire/entendre, il manque des fois à la nouvelle maman quelques semaines dans leur grossesse, qui se ressentent psychologiquement, c’est de ca dont tu veux parler? ou alors de grands préma qu’il faut veiller à l’hopital pendant des semaines? comme je l’ai dit, je ne l’ai pas vécu… mais peut être peux tu en dire plus pour les lectrices qui sont enceintes, ou qui le seront un jour!

      1. Mes deux bébés sont restés 3 semaines à l’hosto (en néonat’, pas dans ma chambre, avec des tuyaux, des sondes et tout le bazar), sont nés tous les deux par césarienne, j’ai donc pour tous les deux un “double manque”, mais ils sont au courant de tout, c’est important!

  2. C’est clair qu’on oublie (enfin pas l’épisio) !
    Après 9h de travail sous péridurale où j’ai dosé au compte-goutte, y’avait plus rien ds le tube quand je me suis mise à pousser, et ça, je l’ai su quand j’ai HHHuuuuurlé et qu’on m’a dit “c’est la tête” !
    Et bien reste que je suis toujours partante pour essayer sans péridurale le 2°….où juste pour soulager le travail des contractions…mais la délivrance, c’est BON !
    Mon bébé c’est mes tripes, et cette phrase je sais d’où en vient le sens !!!!
    On en a de la chance d’enfanter ;)

  3. coucou! moi je me retrouve totalement dans ce commentaire. Mes deux accouchements ont été totalement différent (la première déclanché car voulait plus sortir) et petit 2 perte des eaux à la maison (ce que j’avais souhaiter vivre) mais ça reste que du bonheur!!! (et merci madame la péridurale!!!)

  4. ca a l’air plutôt gérable dans ton récit :)
    J’ai une peur panique de l’accouchement, plus j’en lis, plus je stresse, contrairement à toi. dommage que je n’ai pas fait d’enfant très tôt, à 20 ans je n’y pensais jamais, à l’accouchement…

  5. pour mon premier, perte des eaux le soir, péridurale posée tard qui n’a servi à rien, énorme soif mais le droit de boire même de l’eau… peu d’accompagnement… épisio d’office sans me demander, recousue à vif, bobo !

    Pour ma deuxième, j’ai tenté sans péri, le pied, mille fois mieux qu’avec ! pas de sensation de lourdeur après, je sens mes jambes… par contre, toujours pas le droit de boire, déchirure mieux vécue que l’épisio

    Pour ma troisième, maternité humaine, j’ai eu un thé, des fleurs de bach, un massage aux huiles par les sages femmes, sans péri non plus, toujours le pied !

    Le choix de la maternité (quand on peut) est vraiment important ! :-)

  6. arrête tu vas me faire pleurer… (cf. l’article précédent sur les hormones mdr!!!)
    l’accouchement… c’est tout simplement merveilleux… (bon c’est pas ce que j’ai pensé sur le moment, mais une fois ma puce dans les bras… qu’est ce qu’elle était belle!!!

  7. Trop d’accord avec toi, le papa INDISPENSABLE.
    Pendant ma gossesse, j’appréhendais un peu qu’il me voit “dans cet état”, finalement le moment venu, j’en avais plus rien à faire! Surtout que la sage femme l’avait renvoye a la maison en lui diasant que j’etais la pour des heures et qu’il ferait mieux d’aller dormir un peu et que j’ai commence a dilater toute seule (super vite!) sans lui et que j’ai bien cru que j’allais tout faire toute seule… Je n’ai jamais ete aussi contente de le voir arriver :)

  8. J’ai commencé à lire quelques récits, pour me préparer, comme toi (surtout qu’ici si on accouche la nuit, l’anesthésiste fait dodo alors vaut mieux se préparer à l’éventualité d’une naissance sans péri). Mais je retrouve partout ce fait : il peut se passer tout et n’importe quoi. Dans ce cas, j’ai envie de ne pas trop y penser et on verra bien le moment venu. J’ai peur qu’en imaginant une naissance « idéale » la réalité soit plus dure à encaisser donc autant ne rien imaginer. Enfin, j’ai encore 6 mois pour changer d’avis…

  9. – Présence du Papa : indispensable, je le veux… quand tu ne sens pas encore la contraction qui vient et qu’elle est déjà à l’écran….. il te dit : ” attention chérie, tu vas de nouveau souffrir!!!”
    – Péridurale : pas connu, et je ne regrette absolument pas, douleurs intenses mais rapidement oubliées
    – Accouchement : à refaire sans hésitation…. mais pas prête pour élever le 2ème!

  10. eh même la nuit l’anesthésiste est là hein ;) y en a un de garde… encore heureux!! j’ai eu la péri à 14h, mais la délivrance à 1h50… et comme la péri ne marchait plus du tout, ils l’ont fait venir pour me soulager quand même… aaaaah gentil anesthésiste!!!

  11. Ahhh, la présence du papa! Je n’y ai pas eu droit pour ma césarienne: pas de papa au bloc! et sa présence m’a beaucoup manqué!!!! J’ai seulement eu droit à une infirmière qui ne voulait pas me parler du déroulement des choses (alors que TOUT allait bien!), elle ne m’a meme pas dit quand les bébés sortaient, bref! Je n’ai pas eu droit non plus à voir mes bébés quand ils sont sortis de mon ventre mais seulement quand moi je suis sortie du bloc! CEla doit dépendre des maternités…

Laisser un commentaire