A toi qui n’est pas (encore) maman : le retour à la maison

Ca y est? Vous avez le feu vert pour sortir de l’hôpital? Bébé a assez repris de poids/est moins jaune? C’est la classe. Vous êtes excitée hein? Le début de votre vie à 3!

 

Papa arrive avec  :

la nacelle toute belle qui attendait bébé dans sa chambre depuis des mois semaines

– une combinaison + une couverture + un bonnet + l’habillage pluie au cas où (oué c’est un papa…)

 

Déjà, vous allez découvrir à quel point un bébé c’est encombrant. Vous êtes arrivée avec une valise à la maternité, il vous faut presque 2 voyages pour tout ramener… entre le linge sale, les cadeaux, les multiples magazines/valisettes offertes par les sponsors de l’hôpital, il faut genre 3 sacs de sport pour tout ramener…

 

La première bouffée d’air est… magique… pour peu que vous n’ayez pas mis le nez dehors pendant votre séjour. De l’air, du vrai, sans odeur aseptisée. En plus vous sortez de là avec, au bras, votre bébé. Ca y est, tout le monde peut voir que vous êtes maman… les gens vous sourient même

 

VOus allez rentrez chez vous, dans votre petit nid douillet, tout prêt pour accueillir bébé.Mais je dois vous prévenir. LEs choses ne vont pas rester là où vous avez pensé les mettre.Parce qu’elles seront utiles ailleurs, et que ça va faire moins joli, mais tant pis.

 

Et puis tout ne va pas se passer comme sur des roulettes. Maintenant, vous êtes seuls avec ce bébé. Et un bébé, ça aime semer la terreur. Ca pleure, on ne sait pas pourquoi. Ca vomi des fois même. Ca fait caca, mais bon, ça c’est plus facile à ramasser…

 

SUr les “déjà mamans” interrogées, 90% d’entre elles m’ont avoué que le plus dur, entre la grossesse, l’accouchement et le retour à la maison, c’était bien le retour à la maison qui arrivait en tête. Je pense que c’est le moment le plus idéalisé de tous, c’est à ce moment là qu’on tombe de haut, de très haut. Parce qu’on pensait qu’au bout de 3 jours on aurait le mode d’emploi. Parce qu’on nous rabache les oreilles avec des trucs du style : une mère sait ce dont a besoin son enfant. Oui elle le sait, mais pas toujours au bon moment. Pour comprendre les pleurs des bébés, moi j’ai eu besoin de 3 bonnes semaines, et encore, je parle des pleurs “usuels”, à savoir manger, fatigue. Les autres, on découvre au fur et à mesure. Et il y en a certains qu’on ne peut expliquer ou calmer, les fameux “pleurs de décharge”… 

 

 “les pleurs de “décharge” du soir qui sont normaux, il faut laisser pleurer le bébé”… j’en ai mal au coeur quand je repense à mon ainé hurlant seul dans sa chambre pendant que son papa me forçait à rester loin, me disant “il va s’endormir, il est fatigué” et ça durait parfois plus d’une heure…

 

Et encore une fois, après vous avoir abreuvé de bons conseils pendant votre grossesse,la famille, les copines et Juju sur son blog arrivent pour vous dire : mais laisse le pleurer! ou encore donne lui à manger à ce petit, il a faim voyons, ou encore, il a trop chaud/froid... Le pire, mais vous allez le vivre, c’est O-BLI-GE, c’est le “laisse moi essayer“. Ce n’est pas méchant hein, mais on veut vous aider. Ca soulage, certes, mais ça dépossède. Et généralemenr, quand quelqu’un essaie, il arrive, et c’est ça le plus dur…

 

Et pourquoi? C’est simple! Cette personne qui essaie et qui arrive n’a pas votre passif. Il n’a pas ces 2heures de pleurs derrière lui, ces 3 jours de fatigue, ces 4 nuits à ne pas dormir. Cette personne là est zen jusqu’au trognon. D’ailleurs c’est facile à mettre en place à la maison : adoptez le plus souvent possible la zen attitude. Tu ne veux pas dormir? Bein viens, je te porte et on se promène et on joue. Ce moment est plus facile à vivre quand on cède à la fatalité.

 

D’autant plus que toute votre vie va être chamboulée. Acceptez la fatalité! Vous n’allez plus avoir d’horaires pendant quelques semaines. Jour, nuit, ce sera la même chose. Surtout au tout début, tout sera rythmé par les bibis. Le temps que bébé se mette au 4 repas quotidiens. Ca peut prendre du temps… beaucoup de temps, mais on y arrive forcément un jour.

 

 l’impression d’avoir perdu le controle. Je suis normalement très organisée, limite maniaque et grande perfectionniste, et tout d’un coup, il n’y avait plus d’horaires, plus de nuits et de jours, le bordel partout dans l’appartement,, des bébés qui vivaient à leur rythme et pas au mien, jamais le temps de rien faire et surtout l’angoisse de ne pas savoir si je faisais du bon boulot avec mes bébés …

 

Tout comme cette maman qui témoigne, c’est aussi le manque d’organisaiton, l’impression d’avoir perdu le contrôle qui a été le plus dur chez moi. Moi qui même sans enfants ne pouvait imaginer un repas pris à 14H ou à 22h, j’ai bien du me faire à l’idée pendant quelques temps. MAis pour la 1ere uniquement. Quand les jumeaux sont arrivés, meme s’il se levaient la nuit pour manger, en une semaine, ils collaient au rythme de leur soeur et à 19H30, tout le monde était au lit. Mais il est vrai qu’un premier, on n’a pas envie d’aller le coucher, on sait pas s’il va se relever, alors on préfère le garder au salon…. enfin c’était comme ça chez nous!

 

Et puis ce n’est pas tout. On vous a pas dit, mais quand vous allez rentrer, vous allez être mère (bon ça, vous vous en doutez) mais aussi femme… Enfin on va vouloir que vous le soyez….Femme pour le foyer, mais aussi femme pour votre mari, qui va se dire que maintenant que votre gros ventre n’est plus là, il serait de bon ton de recommencer les galipettes…

 

ALors je vous ressors pas les histoires de cicatrices et de points de suture heiiiiiin,mais en dehors de ça, vous ajoutez la fatigue, l’énervement, et vous essayez de vous imaginer en train de faire des galipettes. Vous y êtes? Alors on peut toutes rigoler en même temps…. Et pourtant il va falloir être là pour votre mari aussi. Aussi compréhensif soit il, vous risquez de vivre des bas dans votre couple. Rien de grave, ça s’arrange la plupart du temps, mais croyez moi, il y a certains jours où être femme sera bien plus dur qu’être maman…

 

le plus dur fut le retour à la maison : Pas facile de vouloir tout concilier le fait d’être une mère, d’être une épouse et puis de tenir la maison un tant soit peu propre. En fait, avec la fatigue de l’allaitement et la nouveauté du bébé, je n’étais carrément pas disponible pour autre chose. Et j’avoue que nous avons passé 2/3 mois difficiles, le temps de prendre nos marques – il paraît que c’est normal (…) et c’est vrai que parfois, je me disais que mon mari ne se rendait pas forcément compte de ce que ma journée avait de fatiguant et de pas très gratifiant intellectuellement.

 

 

Ce week end… un petit bilan de cette semaine….

30 commentaires

  1. Les pleurs de bébé c’est déroutant ça quand ça arrive…dur dur pour les mamans de le laisser pleurer! Je me rappelle pour mon fils les 1ers temps on était complétement décalés, on mangeait à 15h , on avait pas d’horaires c’était du grand n’importe quoi et puis au bout de qqs semaines tout le monde a trouvé son équilibre

  2. puta**, oué, je m’rappelle de tout ça…. que c’était dur d’assurer jour et nuit, puissance 3… de recevoir sans arrêt du monde qui venait voir nos bébés (par ce que de nous, ils en avaient rien à foutre !! c’était juste parce qu’ils avaient jamais vu de triplés ! :wink: ), d’étendre des milliers de tout petits bodys à point d’heures, de préparer les bib avec un seul œil ouvert au milieu de la nuit, de se faire gerber dessus, le dit-bibi 20 minutes plus tard…
    bref, chez nous aussi durant les 3 premiers mois (voire même les 6…) nous avons mis notre “vie” entre parenthèse, et nous sommes occupé de nos bébés avec des gestes très automatisés, sans trop réfléchir, nous nous levions, les nourrissions, les changions, etc.
    Quel bonheur de retrouver des nuits de sommeil presque normales… Je crois que quand on devient parents, on prend vraiment conscience de l’importance qu’il y a de dormir !!
    mais bon…. le résumé de cette semaine reste positif ! Faites des gosses ! que du bonheur… ou presque !

    1. oui en gros c’est positif quand meme, sinon on en ferait pas hein…vache 3…. impossible de les porter en meme temps j’aurai pas pu (mais bon… si y’en avait eu 3 on aurait fait hein…)

  3. Pour le premier, j’ai passé des semaines cloîtrée chez moi avec des jours sans avoir le temps ou l’occas de prendre une douche, et puis en plus c’était en plein hiver, neige, froid, donc pas trop sortir!
    Pour le second, pas le choix, la vie continuait avec l’aîné, le conduire à l’école, aller le rechercher, … le second ne dormait pas la nuit, ni la journée, bref, mauvais souvenirs!

    1. oui voila, le second est peut etre toujours plus vite réglé, parce que pour le 1er on et obligé de garder des horaires et une organisation… alors que quand c’est le 1er, on s’en fout, y’a que nous…

  4. La première nuit à la maison avec bébé….. : pleurs sur pleurs sur pleurs. Si bien que nous avons fini par appeler la maternité, pour du SAV, et la p’tite dame qui me disait “oui mais Madame, le petit, il est tout aussi déboussolé que vous, il est passé de votre utérus, à une chambre d’hôpital, transporté en voiture et déposé à la maison… laissez lui le temps de s’habituer.. donnez lui un bain tiède”.
    Oui mais le bain tiède en plein milieu de la nuit, sans la sage femme à côté de toi….
    Je pense que ça a été la pire nuit de ma vie!

  5. pourquoi c’est pas les hommes qui les font ? moi ça m’arrangerais bien. et ça serait que lui qui s’en occuperait pendant que j’irais m’amuser. j’aurais bien aimé être un homme finalement !

  6. Ah les fameuses galipettes… Rien que si y a le chat qui passe dans ls chambre ça me bloque alors avec les deux bébés dans leur berceau a coté du lit, il pouvait s’accrocher le papa pour les galipettes !!! Pour finir, on a négocié de les mettre dans leur chambre ‘juste le temps de’ – ça tue un peu la spontaneite tout ça mais ça nous a sauvé notre couple mine de rien :)

    1. mouah ah j’imagine le truc ! ton mari, l’oeil coquin “allez chérie, on va coucher les ptits”mdr… mais au pire, vous deviez avoir un canap non?

  7. Merci Juju pour tes superbes chroniques. D’une part, c’est savoureux, et d’autre part, ça fait du bien d’avoir un peu de vérité vraie sur l’aventure de la maternité (projet à moyen terme chez nous).

  8. Je me souviens au retour a la maison, d’avoir ressenti un grand vide…
    Je ne savais pas comment m’organiser, tout était si simple a la maternité
    Je me suis assise sur mon lit, et ai pleurer pendant de longues minutes (un reste de baby blues?)
    Et puis, Dadoo s’est réveillé, il a fallu y aller, une bonne fois pour toute !
    Les 1ers jours ont été très chaotiques, mais petit a petit, nous avons pris nos habitudes

    1. pour la premiere je suis restée assise sur mon lit à pleurer pendant rèèèès longtemps….avant de me relever et de me dire merde!

  9. Les pleurs c’est insupportable, encore aujourd’hui (il a presque 1 an) je ne supporte pas. Mais pas parce que ça me fait de la peine non non (ça c’est valable pour les mères dévouées, aimantes, les bonnes mères quoi) parce que ça me saoule d’entendre pleurer surtout quand il n’a ni faim/ni froid/ni sommeil/ni la couche sale… C’est le plus insupportable pour moi… je préfère quand ils parlent quitte à râler mais au moins on parle la même langue ! Quant au retour à la maison, ça ne m’a jamais posé de pb, les papas (ben oui 2 enfants de 2 papa différents) sont des hommes qui savent aussi s’occuper de leur bébé donc on partageait, même la nuit. Et “redevenir femme” c’était plus une demande de ma part que de celle des papas, il me tardait trop de retrouver cette sensation.

    1. nan définitivement, meme 8 mois après, je prefere mon lit le soir à mon mari… (le plaignez pas hein, je fais des efforts mdr)

  10. Est-ce que cette sensation de fierté : “ayééé je suis maman, je sors de la mater, avec ma poussette neuve et mon bébé tout beau” que tu décris SI bien, ça le fait aussi pour le 2° ???

    C’est bon de lire ça !!!
    Et au passage, encore merci de ton soutien quand je t’appelais pour te dire : mais je comprends pas, là ce soir, il ne s’est pas rendormi comme d’habitude, il me réclame, c’est normal???Ah d’accord, ça évolue un bébé, il devient quoi? éveillé ! OK !! Mddrrrr !!!

  11. Quand je suis rentrée à la maison avec mon premier fils j’ai renoncé en même temps à être jolie, de bonne humeur, organisée, une bonne mère et une fée du logis.
    J’ai compris au bout d’environ une demi-heure que ce serait impossible.
    Depuis ?
    Tout le monde se porte très bien merci.. :mrgreen:

    1. t’as renoncé pour toujours ou pour 2 mois? mdr… nan parce qu’enf ait au bot de 2 mois tu recommences à gérer quad meme et à dégager du temps pour toi… j’y arrive avec des jumeaux,alors bon…

  12. Je me souviens surtout de cet état de choc qui s’est abattu sur moi pendant trois semaines, cette sensation de court-circuit quand il se mettait à pleurer et que j’étais épuisée.
    J’essayais tout le plus vite possible pour que ça s’arrête sans même réfléchir. Résultat : je lui ai lavé les fesses pendant deux semaines à l’eau glacée (moi, je ne le remarque pas du tout, je me lave à l’eau froide) avant que ma mère ne me suggère très diplomatiquement d’attendre les 30 secondes nécessaires à ce que le chauffe-eau fasse son office. Jamais mon unique neurone n’y aurait pensé…. :oops:

    Ah oui et en ce qui concerne le retour à la maison : premier change, premier record olympique : un jet de caca liquide et tout jaune a été projeté à 3 mètres dans sa chambre, manquant son père tétanisé de 10 cm(moi je n’étais pas dans l’angle dangereux) :mrgreen: ca n’est pas si facile que ça à ramasser sur un tapis….

  13. j’adore !!!! De quoi donner l’envie de faire des enfants mais beaucoup de vrai, on peut imaginer mais on ne sait pas du tout ce qui nous tombe dessus !

Laisser un commentaire