Un jour sans…

Allez, on va casser un peu le mythe… Non Juju n’est pas une wonder-maman. Pas tous les jours en tous cas. Il y a des jours avec, des jours sans mais on fait comme s’ils étaient avec en prenant sur soi, et des jours sans, tout court, juste sans. Sans même envie de faire semblant, parce que non, aujourd’hui c’est sans. Et c’est tout.

 

Quand on est maman, il y a des jours sans envie de jouer, sans envie de rire, sans envie de faire de la pâtatolé ou même de dessiner, sans envie de cuisiner, sans sourire sans fin. Mais ces jours sont avec des idées noires, avec l’envie d’aller au lit et c’est tout, envie de mettre tout le monde devant la porte et rester les volets fermés sur son canapé tout simplement. Si en plus vous mettez par dessus des maux qui sont apparus genre “coucou nous voila” sans papiers, sans rien, au dos, au crâne… et des rhumes bien posés chez les bébés en question….

 

Ces jours sans succèdent le plus souvent à des nuits sans. Des nuits sans sommeil pour cause, au choix d’insomnies, de bébé malade, de grande cauchemardant, de mal au dos, de mal à la tête, et quelques fois, de tout cela réuni.

 

Le sommeil, au du moins le manque de sommeil est donc un élément déterminant dans l’humeur de la journée. Sachez le.

 

Les journées sans se passent lentement. Très lentement. Tout semble être au ralenti, vous la 1ere. Elles commencent généralement par un efferalgan vitaminé 1000, histoire de se dire que non, on ne restera pas la tête dans ce… trou noir. Mais les efforts sont vite abandonnés pour laisser place à …. un grand trou noir. On attend la fin de la journée avec désespoir. On ne cherche même pas à faire plus que nécessaire, chaque échec, chaque chose qui tournerait mal finirait en crise hystérique de larmes ou de cris. On va donc au plus facile / rapide et on laisse couler. Ainsi le midi, les bébés, pourtant adeptes des légumes depuis presque 3 mois (je suis une mauvaise mere qui n’allaite pas et qui diversifie tôt), n’ont eu qu’un bibi. idem au goûter, pas de compotes, nix saucisse comme on dit chez moi, du lait.

 

Et vous savez quoi? Ils en sont pas morts.

 

Garder le peu d’énergie et d’envie qui se cache, là derriere, pour s’occuper un minimum de la grande, qui selon moi a besoin de plus d’attention que les petits, pour traverser cette période qui n’est vraiment pas facile pour elle il faut croire. Faire un petit dessin quand meme, se donner envie d’avoir envie (ouaaaaa Johhhhnyyyy), ou au moins faire un effort. Même si justement, c’est ce jour là qu’ils choisissent tous pour ne pas faire de sieste du tout, même si justement c’est ce jour là qu’il pleut des trombes d’eau pour vous empêcher de lâcher les fauves dehors…

 

Et en profiter pour expliquer à la grande, justement, ce que c’est de faire des efforts…. Ca a bien porté ses fruits, maintenant, quand je lui demande quelque chose qu’elle n’a pas envie de faire (genre ranger le demi quintal de patatôlé qui traine dans le salon), elle me dit qu’elle va faire un effort et commence à ranger. Elle ne finit pas, et ça ne marche pas à chaque coup, bien sur, ce serait trop facile, mais quand même. Elle fait un effort. Parce que maman a fait un effort en dessinant un peu avec elle…

11 commentaires

  1. Les jours sans ne sont pas faciles à gérer et à faire comprendre à l’entourage. Il faudrait que tu prennes un peu de temps pour toi car ca ne doit pas être évident à gérer et le fait d’être seule cloîtré à la maison pour cause de mauvais temps et de distance (370kms), ca n’aide pas. Mais je sais que tu arrives à passer au dessus de tout cela.

    Prends soin de toi.

  2. Ah oui je les connais bien ces jours sans dont tu parles… je les côtoie un peu ces 2 dernières semaines du fait de petites nuits aussi. Mais là c’est le we alors tu vas peut être pouvoir te requinquer un peu … demande à monsieur de te laisser dormir samedi ou dimanche matin pendant qu’il joue à l’homme au foyer… enfin je dis ça, je dis rien hein !

  3. Les jours sans, tout le monde en a je crois. Et quand tu n’as même pas de bébé ou d’enfant à la maison pour t’obliger à garder la tête hors de l’eau, crois moi, c’est pire…. Bon courage Julie, en attendant un jour avec…

  4. voui, voui.. c’est bien de saison.. le temps et le froid n’y aidant pas..
    Il m’est déjà arrivé de fondre en larmes devant ma tribu, à cause d’un petit rien qui fait déborder la Manman, sous leur regard effaré de voir la dite-Manman craquer comme ça !
    Des fois on aurait bien envie de trouver le bouton “Pause”, sur ces ptits-bouts’choux qui nous pompent toute notre énergie !
    et quand on devient maman, plus possible d’être malade tranquillement ! Merde, alors !
    On passe notre temps à relever, soigner, chouchouter, dorloter le Papa et les poussins, et quand c’est notre tour de sombrer, ben… faut quand même assurer !
    Espérons que le week-end sera ressourçant pour tout le monde.

  5. comme je te comprends, il m’arrive aussi d’avoir des journées sans qui commencent la nuit (cauchemard et saleté de dents qui poussent). Une chose est sûre c’est que tu n’as qu’une seule hâte, que la soirée arrive que tu puisses passer à un autre jour. Combien de fois j’ai déjà pousser des cris d’hystéro parce que t’es à bout, et qu’en plus ils veulent pas comprendre ça les enfants!!!
    allez tiens le coup, la semaine prochaine on sera là pour pimenter un peu ton existence de maman modèle! mais c’est sûre que tu devrais peut-être t’accorder plus de temps rien qu’à toi!!!

  6. Pfffffff, je me reconnais dans chacune de tes phrases en ce moment, et en plus je suis dans une succession sans fin de jours “sans”…

    Je t’avoue qu’il y a même des jours où le fantasme soudain de me faire renverser par un bus pour passer quelques jours (semaines) à l’hôpital me paraît la plus délicieuse manière d’avoir un peu de repos…

    Heureusement qu’il me reste les bisous baveux pour chasser bien vite ces idées noires!

  7. Non mais je vous rassure tous, ça va mieux… il y a des jours avec et des jours sans… et des jours avec de nouveau! Dur dur d’avoir la papate tous les jours. Meme quand on n’a aps d’enfants en même temps… le truc c’est que quand on est seul (ou a deux), on n’est pas obligé de faire semblant. faire semblant c’est encore pire que vivre un jour sans…

    Silvi : j’ai pensé l meme chose l’autre jour, mais moi c’etait tomber dans les escaliers…

    Yop : ASAP promis je te tiens au courant!

    Eddie : la pate à modeler :) :)

    Julie (l’autre) : ahhh je vais te laisser touuuus mes enfants lundi et partir toute seule… ok? il me faut du temps pour moi tu comprends MDR

    Stéphie : il y aurait du soleil que c serait encore pire dans mon cas : je prefere le froid et la neige au soleil… ma déprime saisonnière est fin-juin debut juillet…

    E-za et Mman@home et Stef : merci ! on est bien obligée d’aller de l’avant non? sans ça la barque coule!!!

Laisser un commentaire