Quand l’école cherche à évaluer ton addiction à l’alcool (et d’éventuels troubles digestifs)

Enfin l’école, non. La mairie, qui gère les TAPS plutôt.

Depuis cette année, les TAPS sont payants chez moi. Pas grand chose si tu veux mon avis, mais assez pour que la réforme reste encore plus coincée dans la gorge de la team #ParentsQuiBossentEtQuiNePeuventPasÊtreLàà15H30. C’est ainsi qu’en début d’année nous avons fait un chèque de 75 euros qui couvre tous les TAPS de toute l’année pour tous nos enfants (soit 25 euros par gosse, tu en conviens, c’est pas la mort, sauf qu’avant ce temps était un temps d’apprentissage quasi gratuit. brefle).

Un jour Magow est rentrée en m’annonçant qu’il faudrait qu’elle ramène de l’essuie-tout. En 35 secondes, j’étais en train de hurler au scandale, que quand même, je paie, j’ai pas à fournir des trucs, patati patata… Pour comprendre qu’en fait elle parlait du rouleau en carton à l’intérieur. Ouf, je n’avais pas encore eu le temps de m’en prendre à l’animatrice.

Et j’ai reçu ce papier – avec une seule faute ! – qui me demande de bien vouloir garder les rouleaux de PQ, d’essuie-tout, avec entre parenthèses « plus il y en aura mieux ce sera ». Et les capsules de bière « ou toute autre capsule en alu ».

Oups, je ne bois que des pressions, désolée ! (photo du site http://distrago.fikket.com)

Oups, je ne bois que des pressions, désolée ! (photo du site http://distrago.fikket.com)

Dilemme. Si j’amène 3 capsules de bière, ils vont pas pouvoir aller très loin dans la confection de leurs instruments de musique.

Si j’en amène 10, ils vont me regarder bizarrement.

Si je les amène toutes, ils vont appeler les services sociaux. Non je déconne.

J’ai encore l’option « sourire en disant : j’ai demandé à tout l’immeuble !« , sans leur dire qu’il n’y a pas grand monde dans mon immeuble.

2 réflexions au sujet de « Quand l’école cherche à évaluer ton addiction à l’alcool (et d’éventuels troubles digestifs) »

  1. Anne-lise

    Peut-être qu’en Ardèche c’est si tu n’en ramènes aucune qu’on va te regarder bizarrement ^^
    Sinon je suis comme toi pour les paiements, dès la 1er semaine de la rentrée, il fallait déjà que je fasse un chèque de 15€ pour l’école, pour « financer » les sorties scolaires et autres animations. 15 € c’est pas grand chose, mais je me mets à la place des parents qui comptent chaque € pour boucler la fin du mois (quand ils y arrivent)… ça plus les NAPS (oui nous c’est NAPS, pas TAPS, cherche pas….) qui sont aussi payantes car gérer par le centre de loisirs entre midi et 2….

    Répondre
    1. Juju Auteur de l’article

      Depuis qu’ils vont à l’école, j’ai compris que non, l’école n’est pas gratuite. Mais honnêtement, on n’y gagnerait pas à ce qu’elle soit gratuite. Là où on était avant et là où on est maintenant, les problèmes sont les mêmes : pas de fournitures à acheter MAIS celles fournies par la mairie sont de mauvaise qualité (cette année, les lignes dans les cahiers sont très mal imprimées, tu te casses les yeux. Dans certaines classes quelques parents se sont cotisés pour en racheter, c’est dire). Les instits se disputent les parents qui ont une imprimante au boulot ou à la maison. Les 15 euros que tu as versé, tu sais pourquoi ils vont être utilisés, et tu vas le voir tout au long de l’année. La coopérative scolaire, c’est ce que je vais essayer de mettre en place ici, elle n’existe plus. Dans toutes les écoles, il y a des systèmes d’aménagement pour les familles qui ne pourraient pas, voire on leur dit de pas payer.
      Ce qui me fait rager, c’est la politique de la mairie ici : la prime de rentrée scolaire doit être utilisée par les familles pour les vêtements et les activités périsco (et nous on s’occupe de leur fournir de la merde quoi). Dans les classes, les enfants entendent leur instit dire « j’ai 10 classeurs, alors pas pour tout le monde, voyez avec vos parents ». (enfin je dévie, écrire cet article m’a plutôt fait marrer, le reste mériterait un billet à part, j’attends le premier conseil d’école :) )

      Répondre

Laisser un commentaire