Continuer à vagabonder en Islande.

Indridason est un auteur de polars que j’ai découvert à mon retour d’Islande. Je crois qu’Amazon, ce petit malin, avait couplé mes différentes recherches et m’avait mis ça dans une sélection spéciale Julie. Curieuse, j’ai d’abord lu La Cité des Jarres, un vrai roman policier sur fond de maladies génétiques, de filiation un peu douteuse et de collection d’organes. Le tout en Islande donc, avec des noms imprononçables et des endroits que j’ai reconnus.

hypothermie- Indridason

Je me suis attaquée, pendant la canicule, à Hypothermie (je m’étais dit que peut-être…)(bref). On y suit le même flic (qui est en fait le principal personnage de quasi tous les romans d’Indridason si j’ai tout suivi) qui se met à enquêter sur une série de disparitions vieille de 20 ans et un suicide qui semble pourtant assez clair.  Pourquoi j’ai eu envie de lire ce roman là ? L’intrigue principale, le suicide, se déroule près du lac de Thingvellir, l’un des endroits que j’ai préféré en Islande. J’ai eu envie d’y retourner.

Encore une fois un très bon roman policier, qui nous parle de nos fantômes à travers ceux des autres.

Alors oui, les noms (des villes ou des lieux géographiques comme les lacs) sont imprononçables, limite illisibles dans certains cas. On peut toutefois les lire vite (parce qu’à aucun moment ne pas savoir prononcer « lac de Sandkluftavatn » – encore c’est pas le pire – ne vous perdra dans l’histoire). Mais si vous avez envie d’un bon polar, sans même avoir visité l’Islande, je vous conseille de vous intéresser à cet auteur !

J’ai trouvé mon prochain roman… Plein de promesses ! Je sais qui tu es, de Yrsa Sigurdardottir. Une romancière cette fois…

Je sais qui tu es - Yrsa SIGURDARDOTTIR

Laisser un commentaire