L’été, la chaleur et le bruit.

Je suis une fille du froid. Ceux qui me connaissent savent que je préfère 20cm de neige et une combi de ski plutôt que 35 degrés sur une plage. Y’a des gens comme ça.

Depuis deux ans, je vis mieux la chaleur. Avant, alors que les gens normaux se tapent une déprime à l’automne ou en janvier, moi c’était fin juin début juillet. Là, j’arrive à prendre sur moi. Et à profiter aussi.

Mais je t’avoue que depuis quelques jours, c’est tendu. Je ne dors plus. J’ai des douleurs qui sont arrivées de nulle part. Des migraines. Bref, j’ai atteint mon quota de vitamine D et de sudation, au revoir, à l’an prochain.

J’ai aussi atteint mon quota de bruit. C’est dire, on était plus tranquille en région parisienne avec l’A86 à proximité… La fenêtre à l’extrémité de mon appartement donne sur le grand parking de la vi… du village. Il y en a d’autres. Mais c’est là où tout se passe : la fête foraine (soit), le bal du 14 juillet (j’ai rien contre ça non plus en vrai), le beach-soccer (avec du sable à ciment, la station de lavage du coin les remercie, mon gosse asthmatique aussi), le concours de boules (avec le boulodrome… à côté, bref), le rassemblement rallye (avec les voitures qui tournent toute la journée et l’odeur d’échappement et d’essence qui va avec), le rassemblement enduro moto et tous ces connards qui urinent partout mais surtout sous ta fenêtre…

Dans l’absolu, ces manifestations sont chouettes, et je pourrais estimer que je suis chanceuse de pouvoir bien en profiter, étant à côté. Sauf que quand il fait chaud et que je ne peux pas ouvrir mes fenêtres la nuit, déjà ça me saoule.

Quand la manifestation s’arrête officiellement à 1h du matin, et que jusqu’à 5h30, on a des gens complètement bourrés qui hurlent et finissent en s’endormant dans la sable à ciment, ça me saoule. Surtout si la buvette ET la musique recommencent à 7H30. 3 jours d’affilé.

Quand le bar derrière la place, à l’autre bout, s’offre une soirée boîte de nuit un samedi sur deux sur le trottoir et ce qui lui sert de terrasse, ça me saoule.

Depuis la mi-juin, nous avons eu un seul week-end tranquille, et d’autres manifestations la semaine. Et j’en suis à comprendre les mecs qui un soir, sortent avec leur fusil et tirent dans le tas. Et je comprends pas pourquoi tous ces gens qui sont là depuis des années, qui râlent avant, pendant et après les manifestations, ont laissé le truc évoluer et grandir. Ça joue sur ma santé, clairement, et ça me rend folle : je tique à chaque bruit, les gosses ne peuvent plus racler leur assiette sans que je me mette à hurler. J’ai des soucis d’endormissement et d’insomnie. Et je me dis que je suis là depuis un an, faire un courrier à la mairie, ce serait être ridicule : la nana est là depuis un an et elle veut révolutionner le truc ?

Non, je veux rien révolutionner. Je voudrais que ce soit encadré. Que ces policiers municipaux soient sur place lors des manifs pour éviter les débordements. Que les hauts-parleurs ne soit pas TOUJOURS braqués vers chez moi. Que quand on me dit que la musique termine à 1h, elle termine à une heure et qu’on arrête de prendre mon rebord de fenêtre comme une table de bar ou un banc municipal. Je veux arrêter d’avoir la gorge qui se serre quand je vois les agents municipaux installer des barrières avant l’installation d’une nouvelle animation.

Je veux arrêter de me dire que merde, on était mieux en région parisienne.

4 réflexions au sujet de « L’été, la chaleur et le bruit. »

  1. Tubeuf

    Ah ouiiii quand même !!! Tu fais réfléchir !! Je te souhaite beaucoup de courage en espérant que vous allez partir un peu en vacances pour oublier tout cela et repartir pour la rentrée de bon pied. Bisous a vous 5

    Répondre
    1. Juju Auteur de l’article

      Au final c’est l’appart qui est mal situé. Il y a des endroits en ville bien pire je pense…

      Répondre
  2. Anne-lise

    Ah ma pauvre ! pas de chance ! Pas de possibilité de changer de logement ? Figure toi que nous aussi, on avait moins de bruits en ville ! huhu bon par contre je ne me plains pas du tout, car on est passé de bruits bien chiants (le chien de la voisine qui gueule, le voisins qui fait pipi, la voisine qui tire les meubles, les voisins qui s’engueulent) à des bruits plus forts mais moins chiants (les tracteurs, les avions car on est à côté d’un aérodrome, bcp d’oiseaux ! oui des fois c’est chiants les oiseaux MDR) bref on est content et c’est super, mais je me rends compte à quel point notre quartier en RP était calme (c’est juste les voisins qui étaient reloux finalement). Bon courage !!!! Je crains que tu ne puisse rien faire, dans ce genre de village les gens se connaissent tous et ne sont pas prêt à renoncer à leur mode de vie :-S

    Répondre
    1. Juju Auteur de l’article

      Les oiseaux, je connais. Chez mes parents j’avais ma chambre sous les toits, du coup dès que le soleil se levait….. (j’ai ADORE ça quand je sortais en boîte et qu’à 7H plus moyen de dormir LOL)

      Répondre

Laisser un commentaire