La vie, la mort, le hamster.

Je vous le présentais au mois d’octobre. Ouistiti avait rejoint la Tribu à la suite d’un commun accord avec moi-même : si et seulement si j’acceptais de changer la cage une fois par semaine.

Pour le plus grand bonheur de Madame Ma Fille, je suis assez souvent d’accord avec moi.

Mais il a eu un accident. Du genre à lui vriller la patte de manière à ce que ça lui fasse un garrot. Du genre bien dessous, histoire qu’on ne s’en rende compte qu’au minimum deux jours plus tard. Du genre le petit bout de patte à l’envers plus trop rose, avec les griffes vers le haut.

La chose n’avait pas mal pourtant. Il marchait moins bien, pour sûr. Mais j’ai voulu voir de plus près histoire de poser un diagnostic, et il s’est laissé faire, comme les autres fois.

C’est à l’instant où elle a vu ce qui se passait là dessous que Madame Ma Fille a commencé à pleurer. Il était 13H. Et elle s’est arrêtée en s’endormant bien tard.

ouistiti

On lui a parlé de l’euthanasie. On lui a expliqué la nécrose, la septicémie. Même si notre véto avait été Nac-Friendly, la seule chose qu’il aurait pu tenter était une amputation, vu la tronche de la papatte. Mais mon véto n’est pas Nac-Friendly, vu le blanc qui s’est écoulé après mon « c’est un hamster » quand je l’ai appelé.

Elle est venue avec moi le déposer, elle a pleuré silencieusement dans la voiture en rentrant. Elle a insisté pour que je lui imprime une photo et a voulu prévenir ses mamies par téléphone. J’ai fait comme elle voulait. On a répondu à ses questions.

Le concept de l’euthanasie l’a interpellée, et je sens qu’on en a pas fini… Pour Ouistiti par contre, c’est fini. C’était un accident ma belle, tu étais une petite maîtresse parfaite…

Une réflexion au sujet de « La vie, la mort, le hamster. »

  1. Fredauboulot

    Je me souviensavoir pleuré longtemps lorsque notre petite Julie, souris grise de presque 3 ans, était partie, après une longue et heureuse vie avec nous…
    Plein de chaudoudoux pour ta fille.

    Répondre

Laisser un commentaire