L’abnégation parentale.

Expression que je mets à toutes les sauces en ce moment. Mais qui résume tellement notre comportement en général…

abnegation

Parce que quand vous restez à la séance de judo pour admirer le fiston alors que vous pourriez rentrer pour vous vautrer sur le canapé pendant 24 minutes précisément dans le silence, c’est quoi ?

Quand vous mangez les parts de galette qui restent juste pour que vos rejetons puissent se taper dessus pour savoir qui aura la fève ( fève qui évidemment tombe sur le carrelage, décrochant la tête du roi Mage de ses épaules de porcelaine), c’est quoi ?

Quand il faut finir les liégeois au chocolat périmés depuis 14h, c’est quoi ?

Quand tu décides que la soupe prévue va en fait se transformer en crêpes par dizaines, c’est quoi ?

Être parent, c’est s’oublier soi pour faire plaisir et s’occuper de ses enfants.

(Enfin, uniquement dans certains cas précis. On s’entend.)

Une réflexion au sujet de « L’abnégation parentale. »

Laisser un commentaire