[Livre] Black Out, de Marc Elsberg

En regardant par la fenêtre, Michelsen eut la chair de poule, des pieds à la tête. « Je peux les comprendre », se confia-t-elle à sa voisine, qui à l’instar des autres membres de la cellule de crise, observait la marée humaine rassemblée quelques étages plus bas, devant le ministère de l’Intérieur. Des milliers de gens. Ils hurlaient en choeur des slogans que Michelsen ne pouvait comprendre en raison des épais carreaux. Elle ne voyait que les bouches ouvertes, les poings brandis, et des banderoles.
NOUS AVONS FAIM !
NOUS AVONS FROID !
NOUS VOULONS DE L’EAU !NOUS VOULONS DU CHAUFFAGE !
NOUS VOULONS DE ÉLECTRICITÉ !
Des choses pourtant si élémentaires, pensa Michelsen. Mais si compliquées à satisfaire.

Black-out-marc-elsberg

Présentation de l’éditeur :
Par une froide soirée d’hiver, les lumières de Milan s’éteignent. Puis c’est au tour de la Suède, de l’Allemagne, de la France… : partout en Europe, le réseau électrique est en train de lâcher. Menace terroriste ou défaillance technique ? Tandis que l’Europe s’enfonce dans l’obscurité et cède à la panique, plusieurs centrales nucléaires menacent la vie de millions d’êtres humains. Une véritable course contre la montre commence alors pour Manzano, ex-hacker italien, croit savoir qui est responsable et cherche désespérément à en informer les autorités.

Je l’avais repéré en grand format il y a quelque temps, et j’ai finalement attendu l’apercevoir en poche pour craquer.

Un thriller d’anticipation, remettant en cause notre énergie de base aujourd’hui qu’est l’électricité. Notre dépendance à un truc aussi simple que d’allumer un interrupteur. Et tout ce qui en découle, sans des fois même qu’on le soupçonne (ou plutôt qu’on y pense). Un thriller à dimension européenne. Exit les USA qui sauvent le monde. Marc Elsberg dresse un portrait complet des instances qui nous gouvernent aujourd’hui, celles qui nous protègent ou qui sont censées réagir lors d’une attaque de ce type. Il met en évidence les forces et les faiblesses de ces institutions et de notre organisation générale.

Nous suivons différents personnages, évoluant à différents niveaux de la société, et dans différents pays : Manzano, l’ancien hacker italien, Shannon, la journaliste, François Bollard, un membre d’Europol ainsi que sa famille étant ceux qui reviennent le plus souvent. De Milan à La Haye, en passant par Paris, Ratingen, Berlin, Bruxelles, Orléans…

J‘ai d’abord beaucoup appris dans ce livre, à propos du réseau électrique, de son fonctionnement, même si certaines notions sont restées assez vague pour mon cerveau plus littéraire et pas trop logique (ce qui n’a pas gêné la lecture). Et plus je comprenais, plus ce roman était ancré dans ma réalité. On peut aller jusqu’à dire que dans nos sociétés, l’électricité peut être considérée comme plus importante que l’eau. Parce que c’est l’électricité qui amène de l’eau au robinet (bon on peut aussi aller prendre un seau hein).

Ce roman m’a ensuite fait peur. Et j’aime avoir peur en lisant. Sauf que depuis, je regarde mon compteur différemment (bon je le regarde rarement en fait)(mais quand même). Parce que la défaillance et l’attaque décrites dans le roman, la base de l’intrigue, tout cela est possible aujourd’hui. Oui, si l’électricité était coupée, si l’on était dans le noir, le vrai noir, le black-out, des gens mourraient de faim, de soif, de froid. L’auteur, à la fin du livre, revient d’ailleurs sur le fait qu’il a volontairement modifié certains détails afin de ne pas faciliter les recherches d’éventuels terroristes, mais aussi sur des rapports ministériels qui confirment son scénario.

J’ai beaucoup apprécié ce livre, et les 588 pages sont passées à une vitesse folle. J’ai peut-être regretté la fin, un peu trop rapide à mon goût, après toute cette angoisse. A noter : les chapitres sont en fait un décompte des jours, le roman commence ainsi par « Jour 0 ». j’ai trouvé que cela ajoutait à l’angoisse. A lire avant qu’il ne soit trop tard :)

« Black-out » de Marc Elsberg – Le Livre de Poche

 

On est encore vendredi.

Si déjà avant, je ne voyais pas les jours passer, depuis que j’ai repris le boulot, c’est encore pire. Mais j’avoue, ce rythme un peu speed m’avait manqué (on en reparle dans quelques semaines, ok ?). Ça c’est vraiment moi ?

Les grèves des derniers jours ont bien participé au réveil de mon colon irritable (bah quoi, j’ai déjà parlé de mycose, je peux aussi parler de mes coliques non ?). 3 jours en 2 semaines, c’est un chouilla pousser le bouchon un peu loin, à mon goût en tout cas. Les gamins en profitent – et pas pour apprendre à lire – entre les jours que Papa prend et celui où une copine joueuse m’a pris les 3 pour la journée (avec ses deux siennes). J’ai rarement vu une personne aussi proche du suicide à 19h. MAIS je lui ai donné du fromage.
Je croise les orteils pour qu’ils décident qu’ils ont eu assez de vacances en ce mois de mai (et cumulé assez de repos pour juin, tant qu’on y est).

J’essaie aussi de caser une course par semaine (en vrai deux ce serait bien… mais bon, on fait ce qu’on peut) et le billet d’hier de Marie sur son marathon m’a beaucoup parlé. Je suis très loin de courir le marathon : pour vous donner une idée et vous faire marrer, je me tiens à 5km par séance – je cours sur un tapis de course parce que y’a trop de montées par chez moi. Au bout de 500m je ressemble à une tomate cœur de bœuf comme celles qui restent à la fin du marché. Au bout de ces 5 km, que je cours en 40 minutes (lol) je ressemble à cette même tomate sur laquelle on aurait vidé du ketchup, juste après un gros orage.

J’ai couru seule, oui. Cela ne me pose pas de problème. J’aime bien même, disons que ce sont des moments de silence volés à mon quotidien bruyant.

Voilà, c’est EXACTEMENT ça. Ça et la fierté qui dégouline de son billet et aussi sur mon front quand j’ai terminé (enfin, 37 km de moins quand même).

Sous le coude, j’ai des chroniques de livres, une sélection Fête des Pères et des tas de billets déjà commencés qui attendent… A très vite !

Des astuces pour rouler malin [Sponso]

Les bornes, ça la connaît La Tribu. Parce que si on aime les week-end sans rien de prévu, on est surtout souvent sur la route vers #MaMontagne, le Nord-est ou la plage en fait (bonjour, on revient de Toulon et on repart à la montagne vendredi). Il faudrait s’amuser à compter le nombre de kilomètres que l’on a fait depuis qu’on se connaît avec le Chéwi et je crois qu’on rigolerait bien. En passant, pardon au parking l’aire de repos de l’A7 sur lequel j’ai vomi dimanche soir (bon ça va, y’a beaucoup plus depuis).

Forcément, tous ces trajets ont un coût (essence, entretien, péages) et des conséquences (miettes sous les sièges auto, poils et odeur de chien qui a fait une dernière trempette dans le torrent avant de regagner le coffre, odeur de McDal tenace – oh une frite !), mais à force, on a de petits gestes qui permettent de rendre le tout plus agréable et plus malin.

Première des choses : on roule souvent de nuit. Déjà parce que le Chéwi est un couche-très-tard et gère (ce qui n’est pas le cas de tout le monde, et c’est très important d’être sûr de soi sur ce coup, sinon c’est dangereux !). Ensuite, moins de monde – forcément – trajets plus fluides. Enfants qui ronflent aussi. Économie d’énergie – aussi bien pour la voiture que pour les parents d’ailleurs.

Ensuite, pour certains trajets qu’on connaît bien, et qu’on a testés, on privilégie certaines fois la nationale, les petites routes. Par exemple, pour aller à #MaMontagne, on met une heure de plus, soit, MAIS on gagne des kilomètres et surtout du carburant. Bon, par contre, pour l’arrêt pipi c’est plus compliqué.

Troisième chose, le Chéwi fait très attention à la pression des pneus (le truc que moi, je suis incapable de faire). Selon l’été ou l’hiver (et donc le type de pneus qu’on a à ce moment), selon qu’on soit chargé ou non, il sait. Et souvent ce n’est pas ce qui est indiqué dans la portière.

Enfin, pour les odeurs du chien… je n’ai rien trouvé. Sauf sur la page Facebook de Allsecur, et je vais donc tester le bicarbonate !

allsecur1

Allsecur est une filiale du groupe Allianz qui est spécialisée dans l’assurance auto et habitation, entièrement en ligne MAIS avec la possibilité d’avoir quelqu’un au téléphone si jamais. Au delà de ses solutions d’assurance, Allsecur propose sur sa page facebook et donc et aussi sur son compte twitter des conseils pour l’économie d’énergie, des astuces pour rouler tranquille.

Allsecur et Yakarouler.com lancent un jeu-concours pour savoir si vous aussi vous roulez malin ! Un petit quizz de 5 questions avec un autoradio connecté et 6 bons d’achat sur Yakarouler.com à gagner. Pour tenter votre chance, vous pouvez directement cliquer sur cette image :

Allsecur-yakarouler

Bonne chance :)

 

Leçon d’économie : le cours des dents.

Elles nous font d’abord passer des nuits blanches, à attendre patiemment qu’elles veuillent bien percer cette connerie de gencive, pour ensuite nous mettre sur la paille tout en devant faire preuve d’ingéniosité pour se transformer – au moins théoriquement – en rongeur : les dents.

On avait déjà parlé de la poussée dentaire (par ailleurs le billet qui apporte le plus de visiteurs via google sur mon blog), parce que oui, encore tard, les dents peuvent les travailler. On avait aussi parlé de la petite souris et du joli mot qui-peut-toujours-servir et qui a bien tourné aussi depuis, juste ici.

Mais aujourd’hui, on va parler bourse, inflation, cotation. Parce que ma bonne dame, tout augmente. En plus, le marché est soumis à l’actualité (arrachage par le dentiste traumatisant, perte de la chose dans le couloir sous le meuble un peu trop lourd pour le bouger – mais oui ma Chérie, la Petite Souris arrivera à aller la prendre TOUT en te laissant la pièce sous ton oreiller, elle est AWARE). Autant vous dire qu’il va falloir bosser le sujet.

le cours de la dent

Il y a quelques années…
Le cours de la dent était à 2 francs. 5 dans les cas traumatisant. Elles étaient jolies les pièces de 2 francs, vous vous rappelez ? Celles de 5 un peu moins (j’ai du chercher, je ne me rappelais plus des pièces de 5). Brefle.

piece 2 francs

Est arrivé l’Euro. Sont passés… 25 ans.
Après avoir fait une enquête poussée jusque chez ma voisine, il semblerait que le cours de la dent soit à 1 euro (soit 6.55957 francs), les cas traumatisant devant l’être beaucoup pour monter à 2 (sauf si mamie est dans les parages, qu’elle a arraché la dent elle-même, et qu’elle double la mise).

AVERTISSEMENT !
Si comme ma grande, les vôtres tiennent des comptes, sachez qu’il va falloir se décider dès le premier enfant et se tenir à son business plan. Parce qu’il parait que elle, elle avait eu moins pour sa première dent. Alors c’est pas juste.

Un conseil : essayez de faire une cagnotte souris. Parce qu’on n’a pas toujours 1 euro sur soi. Et que la pièce caddie ne fonctionne pas dans ce cas.

Il y a 20 dents de lait. Potentiellement 20 euros à prévoir – hors hausse conjoncturelle. Par enfant. Parce que même si les dernières tombent tard, au moment où la Petite Souris a rejoint le Père Noël, ne comptez pas vous arrêter de marcher sur des Legos pour arriver à l’oreiller. Non. Parce que tout comme le Père Noël, elle provoquera le petit sourire du « je sais que tu sais que je sais mais vient on fait comme si ». Parce qu’en même temps, si on me disait qu’à chaque fois que j’ai une migraine j’ai un chèque sous mon coussin, mes migraines me fileraient moins mal au crâne. Pas vous ?

Les 4 saisons en une semaine.

Parce que c’est bien ça la montagne (et la Bretagne)(et l’Islande aussi). Le temps change, rapidement.

Alors oui ça fait des valises de dingues, notamment au printemps et en automne. En été aussi en fait si on y pense. En hiver c’est cool : il va faire froid.

La semaine passée, on en a encore eu la preuve. Soirée d’arrivée sous la neige. Lendemain au soleil, veste ouverte. Le surlendemain sans veste (on est trop des oufs)(mais en fait pas trop : les antibios faisaient encore effet). Ensuite bottes en caoutchouc. Pour finir sous des trombes d’eau.

On a marché dans la neige, fait des barrages dans des petits rivières, sauvé un pépé à béquilles et pantoufles embourbé à 4 bornes de toute civilisation, fait un pique-nique sur un bateau et un barbecue sur le balcon (ah et une raclette aussi, le jour d’après).

Et c’était bien !

image

image

image

image

image

(Oh bah quoi, il fallait bien une petite vache non ?)

J’ai testé : Louane en concert.

Bon c’est la dernière fois que j’en parle. Sinon après on va penser qu’en plus, j’ai été contente d’y aller.

Bon d’accord, je m’attendais à pire. En terme de suffocation, de bruit, de trajet, de tout ça.

Ça a d’abord été l’occasion de poser un pied dans Lyon, après un trajet avec ma copine maman de la copine de Madame Ma Fille (tu suis ?). Bon en fait surtout le centre commercial de la Part Dieu.

J’ai pu manger un Bagelstein. BERDOL. Et finir avec un latte chez Starbucks. Non mais t’y crois ? Combo gagnant, avec toutes les souvenirs de vie professionnelle épanouie que ça a pu faire remonter. Truc de ouf. Bref.

Ensuite on a trop géré le parking à 20 minutes à pied de l’endroit du concert. LA méthode pour pas se faire chier à se garer ni à repartir. Bravo nous.

20160417_190047

Le concert. Première partie par un monsieur que je ne connais pas (mais qui avait ses – petites – fans dans l’assemblée). Plein de gamines de partout (j’ai vu le combo de la fillette en robe de Reine des Neiges au concert de Louane), mais surtout sur les épaules de leurs pôpa. Des jeunes filles en fleur aussi.

Bon, j’ai encore une fois pu me rendre compte du potentiel suicidaire des chansons de Louane qui est est bien dans sa tête maman, elle découpe son amoureux au scalpel, du coup oui, elle espère qu’il va mal dormir, et qu’il va voler, pas s’enfuir, de toutes façons tout va s’effacer quand il va la remplacer. Rien d’inaudible cependant (oui j’avoue)(j’ai fredonné Jour 1)(COMME TOUS LES PARENTS D’AILLEURS). De très bons musiciens, et ça il faut le noter. Des musiciens qui te font le show le quart d’heure où la belle va se changer (j’ai beaucoup aimé ce quart d’heure précisément).

Sinon, bien ouéj Louane : tenter d’amadouer les parents en faisant une reprise de Blur. (Bon j’avoue encore une fois, je suis pas fan de Louane qui chante Blur. Parce que Blur quoi.)

Ah et oui : il faut lui occuper les mains à cette petite. Elle hésite entre mettre des baffes, crier « graou » et faire sécher son vernis. Ça m’a fait la soirée, j’avoue. J’en ai fait un GIF (depuis que je sais faire les GIF sous photoshop, j’ai un peu l’impression d’être la maîtresse du monde).

GIF-LOUANE

Une pensée au papa qui trainait sa petite famille en sortant du concert. Madame ma fille et sa copine émettaient l’idée que le prochain concert soit celui de Kendji. En passant et en entendant cela, il leur a dit, avec un aplomb de fou « il m’a envoyé un sms, il arrête les concerts ». Koeur sur toi.

Et j’ai vu les étoiles dans les yeux de ma grande quand j’ai dit oui à la question « c’est la vraie en vrai ? ». Et c’est bien ça l’essentiel !